Le théorème du singe

Mettez 20 chimpanzés dans une chambre, accrochez une banane au plafond
et mettez une échelle permettant d’accéder à la banane. Assurez-vous
qu’il n’y a pas d’autre moyen d’attraper la banane que d’utiliser
l’échelle et mettez en place un système qui fait tomber de l’eau très
glacée dans la chambre dès qu’on commence à escalader l’échelle. Les
chimpanzés apprennent vite qu’il ne faut pas escalader l’échelle.
Arrêtez alors le système d’eau glacée, de sorte que l’escalade n’ait plus
son effet de gel.

Maintenant, remplacez un des 20 chimpanzés par un nouveau. Ce dernier,
évidemment, va essayer d’escalader l’échelle et sans comprendre pourquoi
il se fera tabasser par les autres. (Eux savent quelque chose que lui ne
sait pas.) Remplacez encore un des vieux chimpanzés par un nouveau. Ce
dernier se fera encore tabasser, et c’est celui qui a été introduit juste
avant lui qui tapera le plus fort.

Continuez la leçon jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que des nouveaux.
Alors aucun ne cherchera à escalader l’échelle, et si jamais il y en a
un qui pour une raison quelconque ose y penser, il se fera massacrer
illico par les autres. Le pire, c’est qu’aucun des chimpanzés n’a
maintenant la moindre idée de la raison pour laquelle il ne faut pas
monter sur l’échelle.

C’est ainsi que naît et fonctionne la « culture d’entreprise »….

Déjà publié le 21 February 2006

L’arbre à pétrole

Pour faire face à la crise pétrolière on redécouvre les vertus d’une plante qui pousse en Inde notamment : le Jatropha. Elle permet de fabriquer du biocarburant. Cet arbuste produit des graines très riches en huile, au point qu’il a été surnommé « l’arbre à pétrole ».

Diffusé le 15 juillet 2008 à 20h sur France2.

Reportage Arnauld Miguet, Dominique Marotel, Divya Dugar, Sylvain Lepetit et Quentin Girard.

Déjà publié le 3 September 2008

Surpopulation et écologie

Couverture du livre : Le parfum d'Adam

Le parfum d’Adam

Jean-Christophe Rufin

Extrait du commentaire de Jean-Paul Bastiast

De vrais problèmes, de mauvaises solutions

Il est certain que la croissance démographique de la population mondiale parait poser le principal problème écologique. La pensée politiquement correcte n’ose pas le dire, mais nier le fait parait difficile. Même si les effectifs se stabilisaient à 9 milliards d’hommes vers 2050, comme l’espèrent certains démographes occidentaux, le passage des effectifs actuels (environ 6,5 mds) à 9 mds, entraînera une pression considérables sur les milieux naturels, du fait que les milliards d’hommes vivant actuellement avec des revenus inférieurs à 1 dollar par personne voudront sinon atteindre le niveau de vie du milliard de favorisés habitant les pays riches, du moins survivre dans des conditions plus descentes. Pour cela, rien ne les empêchera d’essayer de prélever sur les milieux naturels les ressources alimentaires, énergétiques, en eau, en air et en espace dont ils ont besoins.

Au même moment cependant, avec la grande crise climatique, que d’ailleurs Rufin n’évoque pas, ces ressources vont se raréfier rapidement. Or le comportement global de l’humanité ne diffère pas de celui des autres espèces, tel qu’il s’est manifesté depuis l’apparition de la vie sur Terre. Dans la compétition darwinienne entre elles, chacune tend à s’étendre dans la niche environnementale qui est la sienne, sans se préoccuper de ménager les ressources de celle-ci. Lorsque les ressources sont épuisées, la croissance de l’espèce se ralentit et souvent l’espèce disparaît – jusqu’à ce qu’une autre, mieux adaptée, lui succède. La lutte pour la vie de chaque espèce ou même de chaque groupe à l’intérieur d’une espèce est la règle, même s’il en résulte une destruction des ressources alimentaires du milieu, au détriment de tous.

Malthus avait fort bien vu cela et rien ne permet aujourd’hui d’infirmer son approche. Le progrès technique ne peut rien y faire. Jamais les ressources rares et chères que pourraient produire des investissements scientifiques et technologiques même massifs ne pourraient arriver en temps utile pour répondre aux besoins élémentaires de survie. Beaucoup de démographes et d’économistes (Cf Jacques Blamont, Introduction au siècle des menaces) considèrent que, si l’on admet aujourd’hui l’existence d’un volant de 1 milliard d’hommes vivant à la limite de la survie avec un revenu d’1 dollar par personne, améliorer le sort de ce milliard par des mesures d’assistance alimentaire et sanitaire les incitera à se reproduire davantage, quelles que soient les politiques contraceptives adoptées. Ceci jusqu’à ce que les nouveaux arrivés atteignent ce seuil de la survie à 1 dollar par jour. On générera donc un matelas incompressible de tels survivants plus morts que vivants. Mais dans le même temps, les effectifs globaux auront augmentés, si bien que le plafond de population globale jugé difficilement supportable vers la moitié du siècle, soit 9 milliards d’humains, sera dépassé(2).

Continuer la lecture de « Surpopulation et écologie »

Déjà publié le 20 December 2007

Un peu plus de réponse

19.23 Mais Jésus dit à ses disciples : En vérité, je vous le dis : Un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux. 19.24 Et je vous le dis encore : Il est plus facile qu’un chameau passe par le trou d’une aiguille, qu’il ne l’est qu’un riche entre dans le royaume de Dieu.

Matthieu chapitre 19

http://www.lueur.org/bible/bibleenligne.php
Cento anni!

Déjà publié le 8 May 2007

Choix retardé : quand la mécanique quantique « agit » sur le passé

Choix retardé : quand la mécanique quantique « agit » sur le passé

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

La magie de la mécanique quantique semble inépuisable si on la prend vraiment au sérieux. Une expérience récente, effectuée par Jean François Roch et ses collègues de l’ENS Cachan, a permis de réaliser, bien mieux qu’auparavant, l’expérience dite du choix retardé proposée il y a moins de 30 ans par le grand John Wheeler. Tout en vérifiant les prédictions de la mécanique quantique, elle montre que celle-ci est encore plus folle que ses créateurs avaient pu l’imaginer en 1927.

De gauche à droite Einstein, Yukawa et John Wheeler
De gauche à droite Einstein, Yukawa et John Wheeler

Continuer la lecture de « Choix retardé : quand la mécanique quantique « agit » sur le passé »

Déjà publié le 17 January 2008

Cerveau 2.0 ou comment le net modèle notre esprit (1)

Nietzsche

Ca y est je suis en plein dans la lecture du bouquin découvert par cricri ([cref livre-what-the-internet-is-doing-to-our-brains-the-shallows]) Je suis à la page 47. Vous serez sans doute étonné que je commence à vous en parler après avoir lu aussi peu de pages, mais vous verrez plus loin pourquoi

C’est bien écrit et facile à lire.  De plus ça traite aussi d’un sujet qui me tient à cœur : le cerveau et sa plasticité. Mais avant d’aller plus loin, il est amusant de remarquer un paradoxe.

Dès l’introduction, l’auteur nous explique comment , né dans les années 50,il a vécu une enfance sans ordinateur et pleine de livres, pour finalement aujourd’hui être quasiment incapable d’en lire un. Son argumentation étant bien faite , je me suis peu à peu identifié à ce personnage. Est ce que moi aussi, je ne lis pas moins de livre qu’autrefois ?
C’est alors que le comique de la situation se révèle. Le média qui réuni cet auteur et moi est un LIVRE.
Nous voilà rentré au cœur du sujet. Je viens de lire près de 50 pages d’un livre sans images ni photos sans aucun effort, alors que si je scanne ce texte et que je le publie sur ce blog , je n’arriverai pas à dépasser les 10 premiers paragraphes.

L’outil utilisé conditionne le contenu transmis. Ce que dit un livre, un blog ne peut pas le dire et vice versa.

L’auteur raconte que Nietzsche, malade éprouvait de plus en plus de mal à voir et donc à écrire. Il s’équipa d’une machine à écrire qui lui permis de continuer son œuvre. Un ami très proche de lui Heinrich Köselitz nota que son style changea alors . Sa prose devint plus ramassée, plus télégraphique (voir la citation ci-jointe)

Nietzsche

Arrivé à ce point , je me suis interrogé sur la meilleur façon de vous rendre compte de ma lecture. Dans une démarche réflexive , j’ai pensé que je ne pouvais pas vous asséner des grandes longueurs de texte sans images, sans vidéo , sans hyperlien.

Sachant que vous avez déjà lu 328 mots, Je vous invite donc à faire une petite pause avec cette image à gauche et un petit hyperlien sur l’endroit ou je l’ai trouvée: The Nietzsche family circus

Bon la pause et finie, reprenons : notre cerveau

Aristote le décrivait comme une sorte de radiateur , servant à refroidir notre sang. Pour le cœur on peut sentir les battements, pour les poumons l’air qui y rentre, mais pour le cerveau … Rien. Je vous passe les différentes étapes de notre découverte du cerveau qui se stabilise il y a une trentaine d’années avec cette idée que j’ai moi même apprise à l’école que le cerveau se construisait pendant l’enfance et l’adolescence et qu’ ensuite il était figé jusqu’à la fin, et même pour être encore plus noir que nous perdions des neurones tous les jours. Il y avait un côté fatidique angoissant, mais bon si la science le disait c’est que ca devait être vrai.

Et puis voilà que les technologies s’améliorant, scanner, IRM, tomographie, une vieille idée longtemps rejetée ,Freud l’avait évoquée un temps pour finalement l’abandonner, fit son apparition: La plasticité du cerveau. (j’ai mis de la couleur pour vous réveiller)

Notre matière grise se remodèle en permanence en fonction des expériences que nous vivons. Un français Léon Dumont a comparé les conséquences de nos habitudes sur le cerveau à celle de l’eau agissant sur un paysage. L’eau en coulant crée des canaux et plus elle passe au même endroit plus le canal se creuse pour devenir de plus en plus permanent. Si par contre on ajoute des obstacles nouveaux , l’eau invente d’autres chemins et trace de nouveaux canaux.

Dans des cas pathologiques de lésions de certaines parties du cerveau on voit d’autres parties encore saines se réorganiser pour accueillir les fonctions autrefois situées dans les parties endommagées. On voit aussi des personnes devenues aveugles « réutiliser » des parties des aires visuelles pour étendre les fonctions liées au toucher et à l’ouie. On a à faire à une re-programmation de  parties du cerveau.

Il n’est évidement pas nécessaire d’être malade pour profiter des ces processus. Ainsi une étude faites en 1990 sur des chauffeurs de taxi londoniens a pu démontrer qu’ils présentaient  tous un développement plus important que la normal (le groupe témoin) de la partie antérieure de l’hippocampus. Cette partie du cerveau jouant un rôle très important dans la manipulation spatiale de l’environnement d’une personne. Les chercheurs constatèrent aussi que ce développement de la partie antérieure correspondait à une atrophie du reste de l’organe , résultant dans des mauvaises performances dans des tâches de mémorisation autres.
En bref le cerveau se spécialise en permanence.
La conséquence de ce processus de recablage perpétuel est une prime donnée à la répétition.  On peut résumer avec la formule « survival of the busiest« .

Ceci nous amène au deuxième paradoxe de cet article : Les changements dans le cerveau sont du à sa plasticité. Celle ci se  construit sur la répétition et donc su l’immobilisme. Amusant non?

Bon nous voilà arrivé à 823 mots. Je sens que vous fatiguez, nous allons faire une longue pause. Je vous raconte la suite dans un prochain article. D’ici là travaillez la plasticité de votre matière grise 😉

Déjà publié le 3 August 2010