Traité des délits et des peines (1764) du marquis Cesare Bonesana BECCARIA

Une petite lecture fortement conseillée pendant les fêtes.

A imprimer au bureau et à lire sous le sapin 😉 !

http://classiques.uqac.ca/classiques/beccaria/traite_delits_et_peines/traite_delits_et_peines.html

Extraits:

p23 : pourquoi le judiciaire et le législatif doivent être distinct.

principe, d’où il résulte que le souverain, qui représente la société, ne peut faire que des lois générales, et auxquelles tous doivent être soumis, mais qu’il ne lui appartient pas de juger si quelqu’un a enfreint ces lois. En effet, la nation se diviserait alors en deux parties, l’une, représentée par le souverain, qui affirme que le contrat est violé, l’autre par l’accusé, qui le nie. Il faut donc qu’un tiers juge de la vérité du fait. Il est donc nécessaire qu’il y ait un magistrat dont les sentences, sans appel, ne soient qu’une simple affirmation ou négation de faits particuliers.

p37

Telle est la malheureuse condition de l’esprit humain, qu’il connaît avec exactitude les révolutions des corps célestes, tout éloignés qu’ils sont de lui, tandis que les notions bien plus rapprochées et bien plus importantes de la morale restent ensevelies dans les ténèbres de l’incertitude, et que, flottantes au gré du tourbillon des passions, elles sont à la fois établies par l’ignorance et admises par l’erreur.

p43

Mais si, en soutenant les droits sacrés de l’humanité, si, en élevant ma voix en faveur de l’invincible vérité, j’avais contribué à arracher des bras de la mort quelques-unes des victimes infortunées de la tyrannie ou de l’ignorance, quelquefois aussi cruelle, les bénédictions et les larmes d’un seul innocent, dans les transports de sa joie, me consoleraient du mépris des hommes.

Enjoy!

Déjà publié le 16 December 2008

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux

Suite à notre repas de ce midi j’exume des archives du fumier ce post de mai 2009 que je n’avais jamais publié.

Le texte est trop long pour faire un bon article sur le web. J’ai trouvé une version audio qui permet d’en profiter sans effort.

La Boétie

le mp3

discours_servitude_volontaire

Source  :http://audiolivres.wordpress.com/2009/03/21/la-boetie-discours-de-la-servitude-volontaire/

le texte de 19 pages

laboetie_servitude

Tout les applications de ce texte dans notre monde d’aujourd’hui sont multiples.
[pdf http://www.notrefumier.fr/wp-content/uploads/2009/05/laboetie_servitude.pdf]

Déjà publié le 23 November 2010

Neuroscience: Empathie, Libre Arbitre, Placebo et autres perles de la science

J’ai attrapé pour vous une superbe émission passée sur France Inter le 12 mars dernier. L’invité Jean-Claude Ameisen est médecin et chercheur. Professeur d’immunologie et président du comité d’éthique de l’INSERM. Membre du comité consultatif national d’éthique. Il nous parle des dernières avancées des neurosciences.

L’intégralité de l’émission (1 heure) est en fin d’article, mais pour vous permettre d’en profiter progressivement, j’en ai extrait les meilleurs moments.

  • Premier extrait : L’empathie ou comment les neurones miroirs nous font revivre à l’identique le sourire de notre interlocuteur
    Empathie (3 minutes)
  • Deuxième extrait : Encore et toujours les images subliminales ou comment notre inconscient  est bien plus responsable de nos actes que nous le croyons
    Images subliminales (4 minutes)
  • Troisième extrait : Mon éternel cheval de bataille l’effet Placebo ou pourquoi il vous faut respecter votre médecin
    Effet Placebo Nocebo (3,5 minutes)
  • Quatrième extrait : Pourquoi le libre arbitre n’existe peut être pas
    libre arbitre (4 minutes)

la totale

tete au carré

Déjà publié le 19 March 2010

L’enfer est pavé de bonnes intentions (version écologique)

Il y a quelques semaines j’avais découvert à mon plus grand effarement que l’implantation d’éoliennes pouvait avoir des effets néfastes sur l’ environnement en terme de rejet de CO2.

Mais ce soir, je découvre que le prochain danger pour la planète est sans doute notre volonté de vouloir absolument développer de façon excessive les biocarburants.

Cela semble tout a fait paradoxal, mais pas si compliqué que cela à comprendre.

Si pour produire des biocarburants nous défrichons de façon excessive, si nous gaspillons cette matière première de plus en plus rare qu’est l’eau, si nous recourons de façon massive aux engrais et pesticides pour faire pousser toutes ces céréales , et enfin si nous ne conservons plus suffisamment de terres pour nous nourrir, alors malgré nos bonnes intentions nous aurons aggraver notre cas.

Le petit extrait (2m45) suivant explique tout cela mieux que moi.

le danger des biocarburants

Le livre du gars qui parle

On s’aperçoit que la lutte contre le réchauffement climatique est une matière bien subtile, pavée de fausses vérités et que là encore les solutions trop simples ne sont pas les bonnes.

Déjà publié le 14 November 2007