La réalité augmentée …

La réaquoi?

C’est une technologie qui permet de faire apparaitre un personnage virtuel dans un univers réel.

Travaux pratiques

La preuve avec le site de cette société australienne, qui permet à n’importe quel internaute de voir apparaitre un personnage de réalité augmentée. Seuls accessoires nécessaires: un ordi bien sûr, une webcam, et une feuille blanche sur laquelle on aura préalablement imprimé un signe en noir et blanc (pas n’importe lequel, celui-ci).

Ensuite, il suffit de montrer le signe imprimé à la webcam et, surprise, à l’écran apparait un personnage animé.

En fait, le signe imprimé n’est pas un code magique que décrypterait la caméra pour reconstituer la forme d’un être en 3D, c’est simplement un repère qui sert de «support» au personnage pour que celui-ci «sache» où se poser dans l’espace.

L’article complet sur 20minutes.fr

C’est époustouflant et très prometteur …

JOB: Pour ceux qui n’auraient pas le temps d’aller sur le site australien (mais c’est vraiment dommage) j’ajoute une petite vidéo très explicite

realite augmente

Le monde, dans l’indifférence générale, est en train d’épuiser ses ressources en minéraux rares

De quelle rareté s’agit-il ? De celle concernant des minerais et métaux rares utilisés de plus en plus abondamment dans les technologies modernes, celles sur lesquelles on compte précisément pour remplacer les technologies anciennes et pour développer de nouveaux usages faisant un large appel aux télécommunications, aux automatismes et au virtuel. Quand on parle de rareté, il faut évidemment parler d’une rareté relative et non d’une rareté absolue, Aucun géologue sérieux ne nierait la possibilité de trouver du rhodium, du gallium ou du germanium sous les glaces de l’antarctique ou à grande profondeur sous terre. Mais les coûts d’extraction seraient tels, avec les méthodes actuelles, que de telles réserves n’auraient qu’un intérêt théorique. Les produits en question sont non seulement de plus en plus rares, mais gaspillés, en ce sens qu’aucun effort de récupération n’est aujourd’hui organisé à l’échelle suffisante. Par ailleurs, ils ne peuvent pas être produits de façon synthétique. Prenons l’exemple du platine, qui constitue un composant indispensable aux pots catalytiques et aux piles à combustibles. Avec le développement d’une industrie automobile dite propre, les réserves de platine seront épuisées d’ici 15 ans. Il en est de même de l’indium, utilisé pour la réalisation des écrans plats, du tantalum utilisé dans les téléphones portables, de l’hafnium pour les puces électroniques, du gallium pour les cellules solaires et les LEDs, du germanium dans les semi-conducteurs…D’autres minerais ne sont pas considérés comme aussi rares, mais ils le deviennent rapidement. Citons le plomb, le nickel, l’étain, le zinc l’argent et l’antimoine, sans mentionner le cuivre et l’uranium dont les réserves économiquement exploitables se réduisent rapidement.

Nous ferons pour terminer ce sombre diagnostic une réflexion qui ne surprendra personne : les pays européens, si préoccupées par le problème de l’énergie, ignorent superbement des défis qui risquent de compromettre leur développement économique bien plus tôt et bien plus sévèrement que ne le fera la raréfaction du pétrole et du gaz.

http://www.automatesintelligents.com/edito/2007/juin/edito.html