Mécréance et discrédit par Bernard Stiegler

Extraits du résumé du livre:

On pourrait avancer que la première des démarches de Bernard Stiegler est un effort pour comprendre les ressorts de ce qu’il nomme la misère symbolique, mère d’une grande part des souffrances paraissant affecter les citoyens des sociétés occidentales, pourtant favorisés par un niveau de vie 10 à 50 fois supérieur à celui de leurs homologues du tiers-monde.

D’où provient cette misère symbolique ? Du statut d’individu- consommateur que veulent imposer aux citoyens les grandes entreprises modernes. Ces entreprises sont le plus souvent américaines ou sous contrôle du capitalisme financier américain, car l’économie américaine domine à 70 ou 80% les PNB mondiaux. Mais leurs émules dans les pays européens ou dans les pays émergents telle l’Inde et la Chine ne procèdent pas différemment. Pour survivre, les unes et les autres doivent accepter la règle du jeu fixée par les majeures. Cette règle est simple. La compétition mondiale leur impose d’élargir sans cesse et fidéliser les effectifs de leurs clients, tout en comprimant sans cesse leurs coûts salariaux. Pour cela, elles se battent certes en terme de produits : types, qualité, coût. Mais elles comptent de plus en plus sur la publicité, conçue comme une véritable mise en condition. Pour être efficace, cette mise en condition doit viser à retirer tout sens critique au client, en faire un robot-acheteur, jamais satisfait, toujours prêt à de nouveaux achats et par conséquent toujours prêt à travailler davantage, fut-ce avec des salaires en baisse, pour se les procurer.

Continuer la lecture de « Mécréance et discrédit par Bernard Stiegler »

Déjà publié le 13 December 2007

Le Père Noël existe …

…, assure le gouvernement russe

              En Russie, le gouvernement a volé au secours des enfants en interdisant une publicité qui affirme que le Père Noël n'existe pas, rapporte jeudi le quotidien officiel Rossiïskaïa Gazeta<br />               Photo:Dmitry Kostyukov/AFP

MOSCOU (AFP) – En Russie, le gouvernement a volé au secours des enfants en interdisant une publicité qui affirme que le Père Noël n’existe pas, rapporte jeudi le quotidien officiel Rossiïskaïa Gazeta.

Le service anti-monopole russe a jugé que le spot publicitaire de la chaine des magasins d’outillage ménager Eto affirmant sans ambages que « Le Père Noël n’existe pas », « discrédite » les parents qui affirment le contraire à leurs enfants.

« Il s’avère que les parents mentent à leurs enfants. Cette publicité provoque ainsi une attitude négative des enfants à l’égard des parents » et va donc à l’encontre de la loi sur la publicité « qui interdit de discréditer les parents », explique le vice-président du service anti-monopole Andreï Kachevarov cité par le journal.

Le conseil d’experts du service anti-monopole a demandé aux chaines nationales de retirer le spot publicitaire « provocateur », écrit Rossiïskaïa Gazeta.

Alors qui croire ? 😉

TOTAL: L’énergie est notre avenir, économisons-la !

Le dernier slogan de Total qu’on peut entendre à la radio ou voir sur tous les supports de communication de la société.

La phrase est simple est efficace. Dites par n’importe qui, elle peut être classée sous la rubrique « bon sens ».

On peut même l’imaginer comme une réplique dans un film de science fiction. Le commandant d’un vaisseau inter galactique termine son discours au départ d’un long voyage d’exploration par cette phrase plein de bon sens.

Plus proche de nous on pourrait imaginer un responsable du PNUE (

Programme des Nations Unies pour l’environnement faire ce genre de déclaration.
Par contre, lors d’une assemblée générale du groupe Total, j’imagine bien que la première partie de la phrase puisse être utilisée.

« L’énergie est notre avenir, et pour augmenter a rentabilité de notre groupe, nous devons accroitre sa consommation. »

C’est bien là que je voulais en venir, réunir dans une même phrase sur l’énergie les mots Total et économie relève de l’oxymore.

Encore une belle démonstration du talent des communicateurs d’aujourd’hui .

Cela nous ramène d’autres oxymores à la mode :

le développement durable .

Croissance écologique.

Mais gardons ceux-ci pour d’autres posts 😉