Pénurie et fin progressive de l’uranium

http://www.futura-sciences.com/fr/comprendre/dossiers/doc/t/geologie/d/luranium-dans-le-monde_802/c3/221/p2/

Les chiffres qui suivent proviennent de “Uranium Resources and Nuclear Energy” du Energy Watch Group (2006-12)
* Une pénurie d’uranium se produira dès 2015
* La production  atteindra son maximum en 2025
* Aucune autre technologie nucléaire ne sera disponible avant 2040
* Le prix de l’uranium a été multiplié par dix en quatre ans
* Le coût du combustible prend une importance croissante dans le coût de l’électricité nucléaire.
* L’uranium est une ressource limitée.

Continuer la lecture de « Pénurie et fin progressive de l’uranium »

Déjà publié le 18 June 2008

Un monde qu’on croyait fini …

Le monde va vite. Suite à quelques reportages vu à la télé j’étais persuadé que les sous marins nucléaires ex-soviétiques étaient tous en train de pourrir/polluer les ports de la mer de Barentz.

Les histoires de sous marins nucléaires étaient maintenant réservées à Hollywood.

J’ avais tout faux, la Russie est fière, la Russie à du Gaz, La Russie est riche donc elle remet en état ses joujoux de morts.

Et comme au bon vieux temps elle montre ses muscles :

Le sous-marin nucléaire russe Toula a tiré samedi un missile balistique Sineva à la distance maximale lors des exercices tactiques Dvina de la flotte du Nord russe en mer de Barents, a annoncé l’assistant du commandant en chef de la Marine russe Igor Dygalo.

« Notre cible se trouvait dans la partie équatoriale de l’océan Pacifique au lieu du polygone Koura au Kamtchatka pour la première fois dans l’histoire de la Marine de guerre russe », a indiqué le responsable avant de préciser que le missile avait été tiré depuis le sous-marin en plongée.

Le président et chef suprême des armées russe Dmitri Medvedev suit le déroulement des manœuvres qui se déroulent dans le cadre des exercices d’état-major stratégiques Stabilité 2008 lancés en Russie en septembre dernier. Plus de 5.000 hommes dont 1.000 marins du croiseur lourd porte-avions Admiral Kouznetsov, ainsi que huit bâtiments de surface, cinq sous-marins, onze avions de la flotte du Nord et des hélicoptères Ka-27 et Mi-8 sont engagés aux exercices en mer de Barents.

Le president russe à bord
Le president russe à bord

Le tir a eu une portée de 11 000 km, histoire de rappeler à tout le monde que la Russie de Messieurs Medvedev/Poutine peut frapper n’importe ou n’importe quand.

Rassurant non ?

Déjà publié le 16 October 2008

Fukushima : Un expert japonnais avait averti du risque

Un sismologue japonnais Ishibashi Katsuhiko avait mis en garde les autorités japonaises contre les risques d’un tremblement de terre sur la sécurité des centrales nucléaires

ishibashi Katsuhiko

« A moins que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche. » Cet avertissement est tiré d’un article paru le 11 août 2007 dans le quotidien International Herald Tribune/Asahi Shimbun .

Ce scientifique est loin d’être un écologiste forcené puisqu’il a fait parti du panel d’experts rassemblés pour concevoir les nouvelles normes de sécurité des centrales nucléaires japonaises en 2007. Il a démissionné de cette commission pour protester contre l’insuffisance des mesures proposées. Continuer la lecture de « Fukushima : Un expert japonnais avait averti du risque »

Enfin une carte des mines d’uranium en France

[JOB] Mise à jour 24/11/2010 : la carte est maintenant disponible ici Mines d’uranium

Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

L’Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire rend public une carte et un document complet montrant les anciens sites miniers d’extraction d’uranium en France.

Née après la seconde guerre mondiale, florissante dans les années 1980, l’industrie minière de l’uranium a ensuite progressivement décliné en France, pour cause de minerais trop pauvres donc peu rentables. En mai 2001, à Jouac, en Haute-Vienne, la dernière mine française fermait ses portes dans l’indifférence générale.

Ce n’est donc que près de huit ans plus tard que tous les citoyens français (au prix d’un accès à Internet) peuvent connaître tous les sites qui ont un jour été utilisés. L’Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), en effet, vient de mettre en ligne une base de données, bucoliquement baptisée Mimausa (pour Mémoire et impact des mines d’uranium : synthèse et archives).

Commencée en 2003, cette base a permis de dresser l’Inventaire national des sites miniers d’uranium. Le document de plus de trois cents pages est lui aussi disponible sous la forme d’un fichier PDF (7,8 Mo).

De manière plus directe, on peut aussi consulter une carte interactive qui montre les quelque 200 sites, par région, par département ou par commune. On remarque que l’essentiel des mines se concentraient dans le Massif Central.

La carte interactive montre les anciennes mines d’uranium par commune, département ou région. © IRSN

Une information à ne pas oublier durant les prochains millénaires…

Cette carte, cependant, ne dit pas tout et, en particulier, ne précise pas les risques éventuels ni la radioactivité ambiante (qui n’a d’ailleurs pas attendu l’ouverture de l’exploitation pour se manifester). Pour connaître la période durant laquelle une mine a été exploitée, il faut consulter l’inventaire. On saura ainsi depuis quand elle est fermée. On peut aussi consulter les études effectuées sur plusieurs sites de prospection par la Criirad (Commission de  Recherche et d’Information  Indépendantes sur la Radioactivité).

La radioactivité dégagée au sein des mines d’uranium a été jusqu’à leur fermeture l’objet de débats, de polémiques et d’inquiétudes. Il est dommage que la publication d’une carte brute, louable en soit, risque du coup de raviver quelques questionnements. Mais l’IRSN y travaille et deux études sont en cours sur deux sites qui furent intensément exploités, à Saint-Pierre (Cantal) et à Crouzeville (Haute-Vienne).

L’intérêt de cette information concerne aussi les générations futures, chargées de l’archiver durablement pour éviter de construire des habitations juste à ces endroits…

Source