La guerre des Etoiles mene a tout

Je pense qu’un adorateur comme toi de la sage se doit de collectionner les document les plus insolites sur le sujet.

Celui la vaut son pesant de cacahuètes; C est un gros délire d intellectuel qui te fait un cocktail entre guerre des étoiles , christianisme, bouddhisme dit “new age”, mondialisation.

Je suis pas sur que ce vaille la peine de lire dans le détails, mais il y quand même des parties très space …. opera ;-)

exemples :
les caractéristiques ‘christiques’ du jeune Anakin – sa mère prétend qu’il est ne d’une “conception immaculée’ et la course qu’il gagne évoque manifestement la célèbre course de chars de ben Hur, ce ‘conte christique’ “

j aime beaucoup le manifestement : on est en plein dans le Shopenauer. Je sais pas quel numéro de stratagème mais faire admettre comme une vérité déjà connue de tous un truc qui l’est pas du tout

” L’univers idéologique de la guerre des étoiles renvoie a l’univers païen du new age. Il est donc logique que la figure centrale du Mal fasse écho a celle du Christ”

Monde Diplomatique guerre des etoiles

Déjà publié le 23 May 2005

Spider-Man 3 : le double obscur de Spider-Man, métaphore américaine ?

On le voit sur l’affiche, le nouvel ennemi de Spider-Man, dans sa troisième aventure au cinéma, se présente ici sous les traits du même. Défiant du regard le super-héros galbé de rouge et bleu, ce double obscur et séduisant n’est autre que son reflet dans le miroir, sa part d’ombre qui va tenter d’avoir le dessus, et qui va une fois de plus plonger cet attachant personnage dans des affres de doute.

Tout commence par la chute d’une météorite, qui déverse sur la terre, juste à côté de la toile d’araignée géante où roucoulent Peter Parker et sa douce Mary Jane, une matière noire et visqueuse particulièrement inquiétante qui se greffe sur la Mobylette du jeune homme. Le ver est dans le fruit : le mal ne demande qu’à être sollicité pour débrider ses pulsions les plus viles de sa proie.

Continuer la lecture de « Spider-Man 3 : le double obscur de Spider-Man, métaphore américaine ? »

Déjà publié le 1 May 2007

La solitude des nombres premiers

Aux premiers abords, avec un titre pareil on penserait à des maths avancés ou de la physique quantique mais il n’en est rien.

La solitude des nombres premiers

Il s’agit en fait du titre d’un film (dramatique) sur deux personnes (Mattia et Alice) ou devrais je dire deux destins, marqués par des événement difficiles et que nous somme invités à suivre à travers des périodes (1984, 1991, 1998, 2007) de leur existence.

Le film est inspiré du livre de Paolo Giordano qui a reçu le prix Strega 2008 (déjà vendu à plus d’un million d’exemplaires).

L’éditeur résume ce roman par ces quelques phrases:

Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l’adolescence à l’âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s’effleurer et de s’éloigner dans l’effort d’effacer les obstacles qui les séparent. Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.

Les avis sont très contrastés, ce qui inquiète un peu c’est qui a fait parti de la sélection officielle du 67ème festival international du cinéma de Venise 2010, c’est pas toujours un signe que le film soit facilement abordable …

… à suivre donc.

 

 

Les services de VOD devraient générer 30 millions d’euros en 2007

Sur les neuf premiers mois de 2007, les plates-formes de vidéo à la demande en France ont généré 19,9 millions d’euros de chiffre d’affaires. Pour l’ensemble de l’année, le secteur devrait dépasser les 30 millions, deux fois plus qu’en 2006.

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39375891,00.htm?xtor=EPR-100

Finalement, le piratage va se justifier de moins en moins, et l’on va arriver au téléchargement légal pour une somme raisonnable. Pas besoin de riposte graduée alors?