Bush : il va bientôt nous manquer

Une petite blague d’outre atlantique en cette période d’élections.

Osama Bin Laden decided to send George Bush a letter in his own handwriting to let him know he was still in the game. Bush opened the letter and it contained a single line of Coded message:

370H-SSV-0773H

Bush was baffled, so he e-mailed it to Condoleezza Rice. Condi and her aides hadn’t a clue either, so they sent it to the FBI. No one could solve it at the FBI so it went to the CIA, then to MI6 and Mossad. Eventually they asked Australian Intelligence (ASIO) for help. Within a minute, ASIO emailed the White House with this reply:

‘Tell the President he’s holding the message upside down.’

Déjà publié le 11 October 2008

La torture en début de soirée : le retour de Jack Bauer

Je sais qu’il y a quelques accro de cette série à succès parmi nous.
C’est passionnant de voir l’impact énorme des séries sur notre vie de tout les jours.
Je me souviens d’un magistrat qui se plaignait que lors des audiences, les justiciables s’adressaient au président de la cour par “votre honneur” simplement parce que dans les séries américaines c’est le terme employé.
Dans cette article c’est plus grave puisque c’est le recours à la torture qui est en jeux.
Avec le version moderne du vieil adage “la fin justifie les moyens” traduit par Jack Bauer en “whatever it takes mentality”.

Continuer la lecture de « La torture en début de soirée : le retour de Jack Bauer »

Déjà publié le 12 January 2009

Six degrés de séparation

Reprenant le vocabulaire des six degrés de liberté qu’on rencontre en mécanique, cette idée théorique évoque la possibilité que toute personne sur le globe peut être reliée à n’importe quelle autre au travers d’une chaîne de relations individuelles comprenant au plus cinq autres maillons.

Six degrés de séparation
Étude du petit monde

Voici maintenant les Six Degrees of Wikipedia

Allez au paragraphe “find shortest paths”.

Vous trouverez qu’il y a trois clicks entre “George W. Bush” et “fool”

Il y en a deux entre “George W. Bush” et “woman”

Mais il n’y a qu’un click entre la vie (life) et la mort (dead) …