Petit traité sur l’art de torturer légalement

Je viens de jeter un coup d’oeil au rapport rendu public par l’administration Obama lié à la torture pratiquée par la CIA.

C’est vraiment impressionnant de cynisme.

Si nous avions un manuel pour apprenti tortionnaire , je pense malheureusement que ce ne serait qu’une réedition ….!

Là c’est beaucoup mieux. Nous avons à faire à des juristes qui renseignent un responsable de la CIA pour savoir si ses techniques d’interrogatoire respectent le « réglement interieur » ( Section 2340 du titre 18).

Ces messieurs partent dans des définitions  très subtiles pour savoir si les méthodes employées peuvent « disrupt profoundly the senses ». Ils expliquent qu’il a des souffrances physiques et mentales et que si elles sont disssociées dans le temps, alors on ne peut pas conclure que ces techniques enfreignent le règlement.  C’est trop long à traduire mais ca vaut son pesant de cacahuetes 

Pour résume : Toute la procédure légale a été respectée…
Sauf que le respect ne concerne que la forme et pas le fond

Mais c’est messieurs les juristes ont le souci du détail en indiquant les bonnes recettes, ce que la bienséance recommandent. On est pas des barabare 

Ainsi page 48 on trouve:

« The minimum permissible temperature of the water used in water dousing is 41°F  (5°C)… ». Il faudrait pas que la victime prenne froid !!!!

Page 47 on précise que l’eau doit être potable.

Je trouve ca extraordinaire.

268_cartoon_bush_vetoes_waterboarding_bill_small_over

 

Je suis sur qu’on doit pouvoir trouver des documents avec le même esprit issus de nazis détaillant la mise en place de la « solution finale ». 

La différence c’est que les nazis ne prentendaient pas être une démocratie respectueuse des droits de l’homme .

Il y a de quoi devenir misanthrope

Je viens de trouver un article du monde qui resume en français le memo.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/04/25/amener-le-detenu-a-un-etat-basique-de-dependance_1185416_3222.html#ens_id=1179267

L’original en anglais (pdf)

3 réponses sur “Petit traité sur l’art de torturer légalement”

  1. J’ai oublié de mentionner le discours habituel de justification de la torture qui permet de sauver des vies. 

    C’est tellement efficace que l’un des « cerveaux » du 11 septembre est passé plus de 186 fois au waterboarding. 
    A croire que le traitement n’avait pas du être bien appliqué les 185 première fois 😉

    La réaction de l’ex ministre de la justice Ashcroft
  2. Je viens de relire les descriptifs des tortures avec le regard qu’avait CriCri hier soir lorsqu’il s’étonnait de la relative modération des techniques décrites.
    Il est vrai qu’on aurait pu s’attendre à des choses encore plus Hard. Il y a quelques années les images de la prison irakienne d’Abou Graib étaient plus relevées.

    Je pense que les méthodes recherchent plus un effet psychologique, par la répétition de frustrations, d’humiliations: « Amener le détenu à un état basique de dépendance »

    Ce qui m’a le plus interessé c’est le ton des juristes pour répondre aux questions posées.

    Mais pour faire plaisir à CriCri et mettre une peu de suspens c’est vrai qu’on se demande pourquoi les documents rendus publics ne sont pas plus croustillants.

    Ne serait ce pas un rideau de fumée pour éviter d’avoir à reveler des faits bien plus graves ?
    Hypthèse renforcée par la volonté d’Obama de ne pas faire d’enquéte sur le sujet.

  3. Quelles que soient les tortures, physiques, psychologiques, à la bonne température, il y a atteinte à la dignité de l’individu. Donc moralement fautive. Après elle peut être techniquement légale. Un pays qui légalise l’esclavage, n’en reste pas moins un pays qui bafoue la dignité humaine.
    Je penses que CriCri cherche à montrer le manque de cruauté que l’on pouvait s’attendre à trouver dans toutes pratiques de torture. Mais il va de soit que ce rapport est édulcoré pour ne pas donner dans le voyeurisme malsain. Et puis les prisoniers qui on eu à subir des sévices corporels ont surement « disparus » dans la narute (plus probablement le ventre d’un crocodile!).
    Ce qui m’avait le plus choquée dans cette affaire, c’était les bateaux-torture ancrés dans les mers internationales où la juridiction américaine ne s’applicait plus. Là ils n’avaient plus à se soucier de la température de l’eau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *