Les preuves irréfutables de l’existence de dieu

L’AUTORITÉ DE LA BIBLE…peut-on la prouver?
La Bible est le best-seller de tous les temps. N’est-elle que pure superstition, une œuvre non inspirée des hommes ? Ne constitue-t-elle qu’un ensemble d’écrits hébreux et grecs — sans doute utiles juste pour servir de livre d’histoire ? La Bible prétend être la Parole de Dieu. Doit-on accepter son autorité avec foi ? Peut-on prouver son autorité divine ? Voici les preuves bibliques !
PAR DAVID C. PACK

http://www.thercg.org/fr/brochures/bacibp-fr.html?cid=g0280&s_kwcid=ContentNetwork|951152161&gclid=CPmr1MDG3o8CFRwXEAod21PPiA

Je trouve cela assez atterrant car il n’y a pas une seule preuve d’avancée, juste des mots comme « indéniable, aucun doute, preuves irréfutables, seule explication possible, évidence claire, emphatique, incontestable » et qualifie tout ce qui relève de la science en contradiction comme « impossibilité, improbabilité ». Le plus navrant est l’attaque sur l’évolution où il prétends – par une entourloupe digne de Schopenhauer – prouver que la théorie de l’évolution est fausse et que le créationisme biblique est la seule vérité. J’ai jamais vu pareille mauvaise foi!

Bref j’attends avec impatience vos commentaires… 🙂

10 réponses sur “Les preuves irréfutables de l’existence de dieu”

  1. Pour que le débat s’engage, il te faudrait un croyant convaincu.

    Mais bon en tant qu’ ancien catholique pratiquant, je vais relever le gant.

    Ma première remarque est : « Bien fait, on vous l’avez bien dit que tourtes ces sectes qui se sont éloignées de la Sainte foi catholique (les protestants) ne nous emmèneraient nulle part 😉 « .

    En effet qui a amené dans la foi chrétienne ce culte du livre si ce n’est ces hérétique de Calvin et Luther.

    Un bon catholique n’a pas besoin d’éplucher la bible pour vivre sa foi.
    On remarquera d’ailleurs que si les catholiques sont capables de vouer des cultes à beaucoup de chose , Marie, Tous les saint, reliques, … ils n’ont jamais vouer de culte au livre lui même.

    Je sais que ça peut sembler curieux à un athée, mais un catholique ne trouve pas les réponses à ses questions dans le livre, comme le ferait un juriste dans le texte de loi, mais dans le prière qui elle a un rôle centrale pour le croyant.

    Si Dieu doit te faire comprendre quelque chose, il n’a pas besoin d’avoir encodé la bible avec un algorithme compliqué pour te faire passer le message après 2000 ans.

    Ce sont les juifs et leur Kabbale, qui vénère le texte pour le texte, ou les sectes protestantes américaines d’aujourd’hui, qui ayant acquis une culture scientifique veulent tout démontrer.

    Pour reprendre un extrait du fameux livre :
    « Et aussitôt Jésus, étendant la main, le prit et lui dit: Homme de petite foi, pourquoi as-tu douté? » (Mathieu 14:31)

    Qui sont ces croyants qui ont besoin de preuves ?

  2. Oui c’est dans ce sens que s’oriente ma critique. A la rigueur le croyant qui dit « ça se discute pas » pourquoi pas car la foi n’a pas besoin de preuve. Mais quand un croyant avance des preuves « scientifiques » du créationisme et tout le tintoin je trouve ça dommage.

    Je trouve les religions très puissantes car elles sont à même de contrôler cette créature si extraordinaire qu’est l’homme. Cette créature douée de raison et qui en fait si peu usage. Car ne nous bernons pas, la religion ne fait pas appel à notre intelligence, mais bien à nos passions. Bref la religion fait appel à la partie animale en nous, cette partie capable de tuer un autre être vivant juste parcequ’il ne pense pas comme nous. Dans ce sens la religion me fait peur, car je penses que si j’avais été croyant, je pense que j’aurais été dangereux. Au sens où la religion te donne un sens et des justifications à des actes si atroces que seule la raison éclairée te permet de contenir. Et j’ai bien peur qu’avec mon caractère jusqu’auboutisme, j’aurais été un de ces fanatiques qui brûle tout ce qui ne lui plait pas au nom de son dieu. Tu comprends mieux alors ma méfiance de toute religion et de ses dogmes.

  3. Mais puisque tu a l’air de t’y connaitre, tu peux surement m’aider sur ce point. J’aimerais comprendre d’où vient le dogme chrétien, alors qu’il n’y a rien dans la bible. Par exemple Jesus ne dit jamais comment un mariage doit se faire. Ni qu’il doit y avoir un pape et tout une hiérarchie de prétrise. Où ont-ils trouvé tout cela? En fait en lisant le hors série du point sur le christianisme, j’avoue avoir été très déçu car il n’y a rien qui explique le comment de la religion tel que l’on peut le percevoir au quotidien.
    Je viens de commencer un de ces cours en anglais sur St Augustin. Je penses que c’est déjà une piste.

  4. Je ne m’y connais malheureusement pas assez pour te faire un long exposé sur le sujet.
    Mais je trouve qu’il est en effet passionnant de comprendre comment tous ces dogmes sur lesquels reposent notre civilisation d’aujourd’hui ce sont formés.

    Je crois que tu sais déjà que l’essentiel a été défini dans les premiers siècles durant des conciles. Tout ce que nous avons aujourd’hui c’est finalement décidé entre 300 et 800 après Jésus Christ.
    C’est là ou on voit bien la prépondérance de la tradition sur l’écriture.

    Un exemple impressionnant c’est la constance de deux éléments important de la foi chrétienne: le credo et le notre père.

    Aujourd’hui lors d’une messe on récite ces deux textes dans l’état exact ou ils ont été défini il y a 1682 ans au concile de Nicée (325 ap JC). Ces textes ne font pas parti de la bible.

    Pour le credo ca donne

    Je crois en un seul Dieu, Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de toutes choses visibles et invisibles.

    Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Dieu né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu ; engendré et non créé, d’une même substance que le père, par qui tout a été fait ; qui pour nous les hommes et pour notre salut, est descendu des cieux et s’est incarné par le Saint-Esprit dans la Vierge Marie et s’est fait homme ; il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il a été souffert et a été enseveli ; il est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures ; il est monté au ciel. Il siège à la droite du Père ; de là il reviendra avec gloire pour juger les vivants et les morts et son règne n’aura pas de fin.

    Je crois l’Esprit Saint, qui règne et donne la vie ; qui procède du Père et du Fils qui a parlé par les prophètes, qui avec le Père et avec le Fils est adoré et glorifié.

    Je crois en l’Eglise une, sainte, universelle et apostolique. Je confesse un seul baptême pour la rémission des péchés ; j’attends la résurrection des morts et la vie du siècle à venir.

    Amen.

    Ce texte est d’ailleurs assez génial de concision.

    Pour rester dans le quotidien du catholique d’aujourd’hui, on peut aussi s’intéresser à l’eucharistie qui elle trouve bien son origine dans la bible ou c’est le christ lui même qui l’instaure.
    Par contre le truc qui m’a toujours fait délirer, c’est la transsubstantiation ou pour faire simple le fait que le pain de l’hostie se transforme en chair de Jésus et le vin en son sang lors de la messe.

    Je viens de chercher dans google pour trouver la date d’invention du concept: 1551 au concile de Trente.

    Il a fallu attendre la renaissance pour que quelques barjos inventent un truc pareil.
    Et le pire c’est que c’est toujours un dogme officiel.

    Je serais curé, j’irais voir le Pape pour lui dire de changer ce truc là, parce que ca fait peur au chaland.

    Le cannibalisme, c’est plus trop à la mode 😉

    Comme tu vois, je crois qu’il y de quoi s’occuper avec toute la tradition chrétienne.

    Les révisionnistes américains de la bible sont vraiment des petites pointures en terme d’imagination par rapport aux docteurs de l’église .

  5. Comme je l’ai rajouté dans mon commentaire précédent, je viens de commencer une explication de texte sur St Augustin, un des pères de l’église catholique (http://www.teach12.com/ttcx/coursedesclong2.aspx?cid=611&pc=Religion). D’après le commentateur, notre manière de penser est énormément influencée par sa philosophie. Il a aussi façonné le dogme chrétien. J’essayerais de faire des résumés des points importants au fur et à mesure de mon écoute.

  6. Après avoir écouté les 3 premières leçons, je peux déjà avancer quelque chose. De manière assez amusante, Augustin utilise le triangle platonique idéal pour expliquer dieu! En clair il dit pour se représenter dieu, faites comme quand vous voulez vous représenter le triangle mathématique. Il n’existe pas dans le monde réel, car tous les triangles que l’on dessine sur une feuille ne sont que les représentations de l’idée du triangle. Elles ne sont pas LE triangle. Donc le triangle existe mais dans le monde immatériel des idées. Et pour dieu c’est pareil. Il existe bel et bien, mais dans un monde supérieur, idéal, et surtout éternel. Effectivement tout comme l’idée du triangle ne peut pas mourir ni pourir ni se dégrader car il n’a pas de composante physique, dieu est ainsi immortel. Bon je n’ai pas encore tout écouté donc je n’ai pas encore vu l’intéret d’un dieu qui ne fait pas plus qu’un triangle. C’est déjà un point de départ pour montrer la possible existance de dieu même s’il est imperceptible à nos 5 sens, notre raison elle lui donne son existance possible.

  7. Tiens une petite mise en bouche des paroles de St Augustins sur les héritiques histoire de justifier les persécussions.

    « Les martyrs sont ceux dont le Seigneur a dit : « Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice  » (Matthieu V, 10) Ce ne sont donc pas ceux qui souffrent persécution pour l’iniquité et pour la division impie de l’unité chrétienne qui sont véritablement martyrs, mais ceux qui sont persécutés pour la justice. Agar aussi a souffert persécution de la part de Sara (Genèse, XVI, 6). Celle qui persécutait était sainte, celle qui était persécutée ne l’était pas. (…) Si nous examinons même plus attentivement la chose, on verra que c’était plutôt Agar qui, par son orgueil, persécutait Sara que Sara ne persécutait Agar en la punissant (…) Si nous voulons donc être dans le vrai, disons que la persécution exercée par les impies contre l’Église du Christ est injuste, tandis qu’il y a justice dans la persécution infligée aux impies par l’Église de Jésus-Christ. (…) L’Église persécute pour retirer de l’erreur, les impies pour y précipiter. Enfin, l’Église persécute ses ennemis et les poursuit jusqu’à ce qu’elle les ait atteints et défaits dans leur orgueil et leur vanité, afin de les faire jouir du bienfait de la vérité, les impies persécutent en rendant le mal pour le bien, et tandis que nous n’avons en vue que leur salut éternel, eux cherchent à nous enlever notre portion de bonheur sur la terre. Ils respirent tellement le meurtre qu’ils s’ôtent la vie à eux-mêmes, quand ils ne peuvent l’ôter aux autres. L’Église, dans sa charité, travaille à les délivrer de la perdition pour les préserver de la mort; eux, dans leur rage, cherchent tous les moyens de nous faire périr, et pour assouvir leur besoin de cruauté, ils se tuent eux-mêmes, comme pour ne pas perdre le droit qu’ils croient avoir de tuer les hommes. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_d%27Hippone

    J’aime bien sa façon de dire qu’ils se tuent eux-même en poussant l’églisse catholique à les tuer 8-). On sent bien la ses origines de professeur de rétorique avant sa conversion au catholissisme.

  8. Et on peut facilement lui attribuer une grosse partie de la misogynie catholique:

    « Sous quelques traits que tu me la représentes, fût-elle comblée de tous les dons, il n’est rien que je sois aussi résolu d’éviter que le commerce d’une femme. Car il n’est rien, je le sens, qui abatte davantage l’essor de l’esprit que les caresses d’une femme et cette union des corps qui est de l’essence du mariage. C’est pourquoi, si c’est un des devoirs du sage, ce que je n’ai point encore examiné, de chercher à avoir des enfants, celui qui s’unit à une femme dans ce seul but me paraît plus digne d’être admiré que d’être imité ; car il y a plus de danger dans cette tentative que de bonheur à y réussir. Aussi je me suis obligé assez justement et assez utilement, je crois, pour la liberté de mon âme, à ne désirer, à ne rechercher, à ne prendre aucune femme. (Soliloques, §10) »

    Ce qui est assez marrant pour un gars qui a eu une concubine pendant 15 ans avant son mariage et qui ne pouvant pas attendre 2 ans avant de pouvoir consomer son mariage (il a épousée une petite fille mineure pour son argent) repris une autre concubine en attendant… Faite ce que je dis, pas ce que je fais. J’adore… :O)

  9. Sans parler d’un anti-sionisme ouvert…

    « Si donc ce peuple n’a pas été détruit jusqu’à entière extinction, mais dispersé sur toute la surface de la terre, c’est pour nous être utile, en répandant les pages où les prophètes annoncent le bienfait que nous avons reçu, et qui sert à affermir la foi chez les infidèles. (…) Ils ne sont donc pas tués, en ce sens qu’ils n’ont pas oublié les Écritures qu’on lisait et qu’on entendait lire chez eux. Si en effet ils oubliaient tout-à-fait les saintes Écritures, qu’ils ne comprennent pas du reste, ils seraient mis à mort d’après le rite judaïque même ; parce que, ne connaissant plus la loi ni les prophètes, ils nous deviendraient inutiles. Ils n’ont donc pas été exterminés, mais dispersés ; afin que n’ayant pas la foi qui pourrait les sauver, ils nous fussent du moins utiles par leurs souvenirs. Nos ennemis par le cœur, ils sont par leurs livres, nos soutiens et nos témoins. (De la foi aux choses qu’on ne voit pas, § 6) »

    Assez consternant je trouve!!!

  10. Plus sympa on a St Thomas d’Aquin qui nous explique pourquoi la propriété privée ça a du bon :-)!
    « Deux choses conviennent à l’homme à l’endroit des biens extérieurs et c’est d’abord le pouvoir de les gérer et d’en disposer. Sous ce rapport il est permis de posséder les biens en propre, c’est même nécessaire à la vie humaine et cela pour trois raisons.
    1 – Chacun donne des soins plus attentifs à la gestion de ce qui lui appartient en propre qu’il n’en donnerait à un bien commun à tous ou à plusieurs. En ce cas, en effet, on évite l’effort et on laisse aux autres le soin de pourvoir à l’œuvre commune.
    2 – Il y a plus d’ordre dans l’administration des biens quand le soin de chaque chose est confié à une personne, tandis que ce serait la confusion si tout le monde s’occupait indistinctement de tout.
    3 – La paix entre les hommes est mieux garantie si chacun est satisfait de ce qui lui appartient; l’on constate en effet de fréquentes querelles entre ceux qui possèdent des choses en commun et dans l’indivision.
    Une seconde chose qui convient à l’homme, vis-à-vis des biens extérieurs, c’est l’usage qu’il en fait, la jouissance qu’il en prend. Sous ce rapport, l’homme ne doit pas posséder des biens comme s’ils lui étaient propres, mais comme étant à tous, en ce sens qu’il doit être tout disposé à en faire part aux autres dans leurs besoins, dans leurs nécessités. » (Somme théologique, IIa, qu.66, art II,par 3)

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_d%27Aquin

    Après c’est marrant il dit que ça n’est pas vraiment à nous pour en jouir mais que c’est à nous pour nous en occuper et l’entretenir. Bref travaille et donne à l’église en sorte :-P!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *