La meilleure des polices…

Petit morceau entendu aujourd’hui sur France-inter dans l’émission « là bas si j’y suis ».

J’ai trouvé ça très fort et très intelligent. Le groupe s’appelle « la rumeur » je ne le connaissais pas.

Je ne résiste pas à l’envie de citer les paroles :

La meilleure des polices
ne porte pas l’uniforme
Double ,triple, trouble,
incolore, informe.
Elle s’imisce en tout.
Se mêle de tout.
Se ressent partout.
Central, sans bruit.
Sans rien d’écrit,
sans aucun parfum de la moindre gachette.
Parfois même avec des talents de poète.


La meilleure des polices demeure inégalable
Dans l’art de tous nous mettre à table.
Tous en place,
tous remis en cage,doux, sages,
Sans effusions ni rage.
Aucun usage
D’aucune trique,
d’aucun bracelet
A serrure métallique.

La meilleure des polices
n’extorque pas de renseignements.
Elle ne gâche pas son temps
Des heures durant au fond d’un poste puant,
A faire couler le sang du dernier chlag,
échoué en cellule de dégrisement.

La meilleure des polices
chasse sur les terres
Du paradis sur terre
qu’elle vend clé en main,
On connait le moyen de
te procurer l’envie de Rien,
la peur de tout,
l’effroi de la joie
L’angoisse du chagrin.

La meilleure des polices
c’est tout ce qu’on t’prend,
tout ce qu’on t’laisse,
tout ce qu’on tue en toi,
tout ce qu’on t’mâche,
tout ce qu’on t’crache,

(tout ce que tu bectes
pour garder le gout
de moisir à crédit
dans un putain de trou.) X3

La meilleure des polices
c’est ton taf, ta télé,
Tes crédits,
tes anxiolitiques;
neuroléptiques,
Antidépresseurs.
Et tout ce que tu prends
Pour pleurer moins fort la nuit.

La meilleure des polices,
c’est tes sourires forcés,
C’est tes retenues sur salaire
et le découvert,
Avant la fin de la semaine.

C’est la peur de faire
Un pas, puis deux, puis trois;
parce qu’enfant,
On t’as dit que t’étais une merde
et que t’as fini Par le croire.

La meilleur des polices,
c’est tout ce qui te fait marcher droit,
avec ton propre consentement,
sans jamais montrer les crocs,
quand bien même
on te propose de t’enculer.

La meilleur des polices,
c’est quand les pauvres
savent rester à leur place,
sans besoin de les matraquer,
de leur coudre la mâchoire,
ou de les mettre au cachot.

La meilleur des polices,
c’est ce qu’on apprend de mieux
du berceau au tombeau.

(tout ce que tu bectes
pour garder le gout
de moisir à crédit
dans un putain de trou)

Déjà publié le 4 January 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *