Enfin une carte des mines d’uranium en France

[JOB] Mise à jour 24/11/2010 : la carte est maintenant disponible ici Mines d’uranium

Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

L’Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire rend public une carte et un document complet montrant les anciens sites miniers d’extraction d’uranium en France.

Née après la seconde guerre mondiale, florissante dans les années 1980, l’industrie minière de l’uranium a ensuite progressivement décliné en France, pour cause de minerais trop pauvres donc peu rentables. En mai 2001, à Jouac, en Haute-Vienne, la dernière mine française fermait ses portes dans l’indifférence générale.

Ce n’est donc que près de huit ans plus tard que tous les citoyens français (au prix d’un accès à Internet) peuvent connaître tous les sites qui ont un jour été utilisés. L’Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), en effet, vient de mettre en ligne une base de données, bucoliquement baptisée Mimausa (pour Mémoire et impact des mines d’uranium : synthèse et archives).

Commencée en 2003, cette base a permis de dresser l’Inventaire national des sites miniers d’uranium. Le document de plus de trois cents pages est lui aussi disponible sous la forme d’un fichier PDF (7,8 Mo).

De manière plus directe, on peut aussi consulter une carte interactive qui montre les quelque 200 sites, par région, par département ou par commune. On remarque que l’essentiel des mines se concentraient dans le Massif Central.

La carte interactive montre les anciennes mines d’uranium par commune, département ou région. © IRSN

Une information à ne pas oublier durant les prochains millénaires…

Cette carte, cependant, ne dit pas tout et, en particulier, ne précise pas les risques éventuels ni la radioactivité ambiante (qui n’a d’ailleurs pas attendu l’ouverture de l’exploitation pour se manifester). Pour connaître la période durant laquelle une mine a été exploitée, il faut consulter l’inventaire. On saura ainsi depuis quand elle est fermée. On peut aussi consulter les études effectuées sur plusieurs sites de prospection par la Criirad (Commission de  Recherche et d’Information  Indépendantes sur la Radioactivité).

La radioactivité dégagée au sein des mines d’uranium a été jusqu’à leur fermeture l’objet de débats, de polémiques et d’inquiétudes. Il est dommage que la publication d’une carte brute, louable en soit, risque du coup de raviver quelques questionnements. Mais l’IRSN y travaille et deux études sont en cours sur deux sites qui furent intensément exploités, à Saint-Pierre (Cantal) et à Crouzeville (Haute-Vienne).

L’intérêt de cette information concerne aussi les générations futures, chargées de l’archiver durablement pour éviter de construire des habitations juste à ces endroits…

Source

4 réponses sur “Enfin une carte des mines d’uranium en France”

  1. Entre les anciennes mines désafectées, le stockage des déchets et la pénurie d’uranium à partir de 2015 (dans 6 ans!!!), le nucléaire français a du soucis à se faire! Vive le vent, vive le vent d’hiver!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *