Comprendre l’organisation du vivant et son évolution vers la conscience

Encore un bouquin qui a l’air fort bien sympatique. La biologie expliquée par les math, ça doit être du tonnerre!

Aujourd’hui, et malgré ce que l’on pourrait penser, les biologistes continuent de travailler sur un mode artisanal et empirique. Ils procèdent à de nombreuses observations de type descriptif et statistique : telle hormone, par exemple la testostérone, semble agir avec telle probabilité sur tel organe en provoquant tel symptôme. Mais comment cette hormone se combine-t-elle à de nombreuses autres pour agir, d’une part sur cet organe, d’autre part sur d’autres organes ? Nul ne peut le dire, car nul ne dispose à ce jour d’un modèle de la physiologie intégrant l’ensemble des observations faites depuis les origines de la médecine puis de la biologie moléculaire. Un tel travail est hors de portée de la description littéraire puisque, potentiellement, ce sont des centaines de milliers d’actions et de réactions qu’il faudrait intégrer pour commencer à approcher la complexité d’un organisme vivant même simple.

Mais ceci, le modèle mathématique et informatique proposé par Gilbert Chauvet permet de le faire. Nous en aurons bientôt la preuve matérielle puisqu’une première réalisation en vraie grandeur de ce modèle est en train d’aboutir, concrétisée par la création prochaine d’une entreprise innovante par le chercheur.

A quoi ceci servira-t-il ? D’abord au diagnostic thérapeutique puisque sa représentation d’un système biologique fournit une définition rigoureuse du « terrain », c’est-à-dire de toutes les interrelations entre les parties d’un organisme, ce qui fournira les causes des maladies multifactorielles. De même, on pourra mieux étudier, en évitant de coûteuses expériences in vivo, l’effet d’une nouvelle molécule sur l’organisme tout entier. On voit l’intérêt qu’y trouveront les industries pharmaceutiques et plus généralement les soignants.

Mais ces travaux induisent aussi d’autres avantages fondamentaux. La pratique clinique et l’expérimentation biologique et pharmacologique accumulent des quantités considérables d’observations. Celles-ci aujourd’hui vont s’entasser dans des bases de données qui, bien qu’informatisées par les outils de documentation automatique, n’ont guère d’intérêt pratique. Les éléments en sont dispersés sur d’innombrables supports, au lieu d’être rendus disponibles au moment où le scientifique en a besoin. Leur intégration dans le système mathématique et informatique proposé par l’équipe du professeur Chauvet les rendra utilisables. Et ceci sans limites de taille et de temps de réponse puisque les performances de l’informatique moderne permettent aujourd’hui de traiter des quantités considérables d’informations.

En poussant encore plus loin notre raisonnement, on peut penser qu’au bout d’un certain temps le modèle, ayant atteint une grandeur suffisante, pourra faire apparaître de l’inconnu, c’est-à-dire suggérer des hypothèses qui seront testables expérimentalement. Il y aura là une source inépuisable de sujets de thèses et d’applications pour les chercheurs, qui devraient révolutionner la démarche biologique et renouveler l’intérêt professionnel de ceux qui s’y adonnent. On peut espérer aussi que la mathématisation du vivant, encore bien fruste disent les spécialistes au regard de la complexité de celui-ci, pourra bénéficier des problèmes théoriques soulevés par le fonctionnement du modèle.

http://www.admiroutes.asso.fr/automates/collection/chauvet.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *