La sobriété heureuse, une utopie ?

Consommer moins, consommer mieux pour être heureux ? « Je préfère, dit-il, résoudre mes propres besoins et ceux de ma famille et me libérer du temps pour être, plutôt que de courir à accumuler de l’argent. Un être humain dans son accomplissement ne peut pas être seulement dans l’avoir. »

La sobriété heureuse implique donc, pour lui, d’apprendre « à équilibrer la nécessité d’avoir tout en nourrissant sa dimension intérieure, souvent niée ou occultée par des compensations aléatoires qui cherchent à combler un vide qui n’est jamais comblé. C’est pour cela que l’abondance et l’insatisfaction vont ensemble ». D’après lui, c’est faire le choix d’une modération de nos besoins et de nos désirs. Comme un art de vivre, une quête de sens et de cohérence.

Pierre Rabhi est à l’honneur dans le film de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre global« . Agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne, il est l’initiateur de l’agro-écologie ce qui lui a valu de participer à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification. Dans son nouveau livre publié par Actes Sud, le fondateur du mouvement « Colibris » (dont l’objectif est de donner à chacun les moyens d’agir pour changer de modèle de consommation) signe un plaidoyer pour l’émergence de nouveaux modèles de société fondés sur la sobriété heureuse, l’autonomie, la coopération et la compassion.

Références : Vers la sobriété heureuse de Pierre RABHI – Éditeur : Actes Sud – Parution : 07/04/2010 – 144 pages – EAN13 : 9782742789672 – Prix public : 15 €

Alors, utopie ou dystopie ?

Déjà publié le 2 February 2012

L’important c’est de polluer!

J’en peux plus. Le sport va dégouliner tout l’été, et c’est pénible. Juin a tout donné aux petites balles jaunes de Roland Garros, suivies de celles de Wimbledon, puis au ballon rond : trois semaines d’Euro dans les dents. En juillet-août, voici venir le temps des jeux Olympiques et des mobylettes humaines du Tour de France. Pitié.

 

Le ton est donné dans les premières lignes.
Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous cet article de Bridget Kyoto, du magazine Causette, qui dénote par le traitement particulier qui est fait de l’information, des magazine féminins traditionnels …

La suite ici…

Déjà publié le 26 July 2012

Le monde à l’envers ?

Je reprends le mail de Cricri avec quelques ajouts

Résumé : Deux citoyens algériens ont été interpellés puis inculpés pour atteinte à l’un des préceptes de l’Islam. Ouvriers d’un chantier en construction,ils ont été arrêtés le 12 août dernier ,en plein ramadan, par des policiers qui les ont surpris en train de boire de l’eau sur les lieux mêmes de leur travail, c’est-à-dire dans l’enceinte d’un immeuble privé en construction.

L’article dans l’express : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/deux-ouvriers-juges-pour-avoir-rompu-le-jeune-en-algerie_921177.html

L’article dans le journal algérien le Soir : http://lesoirdalgerie.com/articles/2010/09/21/article.php?sid=106256&cid=2

Encore une illustration de ce monde à deux vitesses.
L occident se doit d être tolérant envers les pratiquants de l islam alors même que l’Algérie ne respecte même pas ses propres citoyens chrétiens.
Il serait intéressant de savoir exactement ce que dit la loi.
En d’autres termes, avons nous à faire à un simple magistrat intégriste ou pire est ce le texte lui même qui pose problème.
Dans tous les cas on voit que la notion de tolérance est loin d être répandue.

Je n’évoque même pas l idée saugrenue de laïcité.

Déjà publié le 21 September 2010

Quand les gilets jaunes ouvrent leur propre plateforme de débat.

Le grand débat a peine lance par le gouvernement, les gilets jaunes proposent une alternative : le vrai débat.

Le plus intéressant c’est que dans les deux cas c’est la même société qui a conçu l’outil Cap Collectif.

C’est au cours d’une conférence sur le référendum d’initiative citoyenne (RIC) que Lydie Coulon, militante des « gilets jaunes » du Vaucluse, a pour la première fois entendu parler des civic techs, ces outils numériques dédiés au débat démocratique

Son témoignage sur Facebook

Des plateformes identiques par région existent déjà

Les deux débats sont a armes égales, au moins pour les outils informatiques.

Quel sera le gagnant ?

Source : Le Monde

Retraite : ces sénateurs qui touchent plus de 10.000 euros de pension

Pour reprendre le titre d’un article sur la toile, voici encore un incongruité de notre système de gouvernance.

Pour 6 années au service de l’état, les sénateurs touchent 20 % de leurs émoluments … a vie!

 

Donc, voyons voir comment devenir sénateur en France.

–>  on est élu par des députés, des conseillers généraux et des délégués des conseils municipaux …. c’est pas gagné 🙂

En gros, si on n’est pas dans le système, aucunes chances: chasse gardée 🙁

C’est quand même bien pensé la démocratie LOL

 

 

Déjà publié le 20 September 2011

Die Welle, le retour du facisme.

Un film sorti récemment au cinéma mais trouvable sur votre torrent préféré (en allemand sous-titré) qui retrace une expérience qui a réellement eu lieu en 1967. Un professeur met en pratique sur ses élèves les mécanisme de la mise en place du fascisme et ça marche!!! Il obtient soumission et fanatisme, en faisant appelle à ce qu’il y a de plus vil en l’homme… A voir pour s’en prévenir!

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vague_(film,_2008)

[JOB] En attendant de faire de plus amples commentaires, j’ajoute un lien sur la bande annonce de ce film génial.

Déjà publié le 18 April 2009

Cerveau 2.0 ou comment le net modèle notre esprit (1)

Nietzsche

Ca y est je suis en plein dans la lecture du bouquin découvert par cricri (Livre: What the Internet is doing to our brains: the shallows.) Je suis à la page 47. Vous serez sans doute étonné que je commence à vous en parler après avoir lu aussi peu de pages, mais vous verrez plus loin pourquoi

C’est bien écrit et facile à lire.  De plus ça traite aussi d’un sujet qui me tient à cœur : le cerveau et sa plasticité. Mais avant d’aller plus loin, il est amusant de remarquer un paradoxe.

Dès l’introduction, l’auteur nous explique comment , né dans les années 50,il a vécu une enfance sans ordinateur et pleine de livres, pour finalement aujourd’hui être quasiment incapable d’en lire un. Son argumentation étant bien faite , je me suis peu à peu identifié à ce personnage. Est ce que moi aussi, je ne lis pas moins de livre qu’autrefois ?
C’est alors que le comique de la situation se révèle. Le média qui réuni cet auteur et moi est un LIVRE.
Nous voilà rentré au cœur du sujet. Je viens de lire près de 50 pages d’un livre sans images ni photos sans aucun effort, alors que si je scanne ce texte et que je le publie sur ce blog , je n’arriverai pas à dépasser les 10 premiers paragraphes.

L’outil utilisé conditionne le contenu transmis. Ce que dit un livre, un blog ne peut pas le dire et vice versa.

L’auteur raconte que Nietzsche, malade éprouvait de plus en plus de mal à voir et donc à écrire. Il s’équipa d’une machine à écrire qui lui permis de continuer son œuvre. Un ami très proche de lui Heinrich Köselitz nota que son style changea alors . Sa prose devint plus ramassée, plus télégraphique (voir la citation ci-jointe)

Nietzsche

Arrivé à ce point , je me suis interrogé sur la meilleur façon de vous rendre compte de ma lecture. Dans une démarche réflexive , j’ai pensé que je ne pouvais pas vous asséner des grandes longueurs de texte sans images, sans vidéo , sans hyperlien.

Sachant que vous avez déjà lu 328 mots, Je vous invite donc à faire une petite pause avec cette image à gauche et un petit hyperlien sur l’endroit ou je l’ai trouvée: The Nietzsche family circus

Bon la pause et finie, reprenons : notre cerveau

Aristote le décrivait comme une sorte de radiateur , servant à refroidir notre sang. Pour le cœur on peut sentir les battements, pour les poumons l’air qui y rentre, mais pour le cerveau … Rien. Je vous passe les différentes étapes de notre découverte du cerveau qui se stabilise il y a une trentaine d’années avec cette idée que j’ai moi même apprise à l’école que le cerveau se construisait pendant l’enfance et l’adolescence et qu’ ensuite il était figé jusqu’à la fin, et même pour être encore plus noir que nous perdions des neurones tous les jours. Il y avait un côté fatidique angoissant, mais bon si la science le disait c’est que ca devait être vrai.

Et puis voilà que les technologies s’améliorant, scanner, IRM, tomographie, une vieille idée longtemps rejetée ,Freud l’avait évoquée un temps pour finalement l’abandonner, fit son apparition: La plasticité du cerveau. (j’ai mis de la couleur pour vous réveiller)

Notre matière grise se remodèle en permanence en fonction des expériences que nous vivons. Un français Léon Dumont a comparé les conséquences de nos habitudes sur le cerveau à celle de l’eau agissant sur un paysage. L’eau en coulant crée des canaux et plus elle passe au même endroit plus le canal se creuse pour devenir de plus en plus permanent. Si par contre on ajoute des obstacles nouveaux , l’eau invente d’autres chemins et trace de nouveaux canaux.

Dans des cas pathologiques de lésions de certaines parties du cerveau on voit d’autres parties encore saines se réorganiser pour accueillir les fonctions autrefois situées dans les parties endommagées. On voit aussi des personnes devenues aveugles « réutiliser » des parties des aires visuelles pour étendre les fonctions liées au toucher et à l’ouie. On a à faire à une re-programmation de  parties du cerveau.

Il n’est évidement pas nécessaire d’être malade pour profiter des ces processus. Ainsi une étude faites en 1990 sur des chauffeurs de taxi londoniens a pu démontrer qu’ils présentaient  tous un développement plus important que la normal (le groupe témoin) de la partie antérieure de l’hippocampus. Cette partie du cerveau jouant un rôle très important dans la manipulation spatiale de l’environnement d’une personne. Les chercheurs constatèrent aussi que ce développement de la partie antérieure correspondait à une atrophie du reste de l’organe , résultant dans des mauvaises performances dans des tâches de mémorisation autres.
En bref le cerveau se spécialise en permanence.
La conséquence de ce processus de recablage perpétuel est une prime donnée à la répétition.  On peut résumer avec la formule « survival of the busiest« .

Ceci nous amène au deuxième paradoxe de cet article : Les changements dans le cerveau sont du à sa plasticité. Celle ci se  construit sur la répétition et donc su l’immobilisme. Amusant non?

Bon nous voilà arrivé à 823 mots. Je sens que vous fatiguez, nous allons faire une longue pause. Je vous raconte la suite dans un prochain article. D’ici là travaillez la plasticité de votre matière grise 😉

Déjà publié le 3 August 2010

iPxxx, ou le jour où ce qui devait arriver arriva …

USA/INDIANA – Les élèves étaient sur cette tablette numérique un jeudi après-midi. Après quelques minutes d’utilisation, ils ont obtenu une photo de leur professeur entièrement nue.

Cette dernière avait stocké ce cliché dans son Smartphone. Avec la fonction iCloud, elle a immédiatement été partagée avec tous les appareils présents dans la classe. Les parents ont protesté, mais les trois collégiens qui ont vu cette photo ont été suspendus…

Interview de Joshua (en-US)

Plusieurs collèges de France se sont déjà équipés de ces tablettes.
Cela repose la question d’introduire des technologies sans la maîtrise qui devrait aller avec…

Voir: http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/apprendre/tablette-tactile

Et pour la région sud-est: http://www.ac-nice.fr/matice/matice_v2/innover-avec-le-numerique/tablettes-tactiles

Déjà publié le 23 October 2012