Quand l’océan fait de la mécanique quantique

Ca fait lontemps que je cherchais à remettre la main sur ce reportage. Je l’ai pas trouvé dans une qualité extraordinaire, mais c’est mieux que rien.

Le premier intéret de ce reportage de 45 minutes est de tout vous dire sur les vagues scélérates, ce phénomène naturel que les scientifiques disaient impossible jusqu’à 1995.

Comment un modèle mathématiques de plus de 200 ans est remis en question, et comment la mécanique quantique vient à l’aide des océanographes.

Les océans sont majoritairement remplis de vagues ordinaires, mais parfois surgissent sans crier gare des monstres de 30 mètres surgis du néant ….

Déjà publié le 1 May 2008

Intelligence informatique

Eclos avait évoqué la question (est-ce qu’on pourrait faire une intelligence informatique qu’on ne pourrait pas différencier d’un être humain ?)
Voilà un article (zwirn)qui traite de ce sujet. Il est assez long et aborde plusieurs thèmes.

Si vous ne voulez pas le lire en entier je vous donne la conclusion : on n’en sait rien (rien n’est démontré ni dans un sens ni dans l’autre).
(voilà ça c’est du résumé !)

Bonne lecture

Déjà publié le 15 September 2010

Spinoza avait raison

Au demeurant, Damasio tient à montrer qu’il n’est pas réductionniste. Pour lui, la biologie des relations entre le corps et l’esprit, la neurophysiologie des émotions et des sentiments (des passions), ouvre des perspectives morales considérables. C’est ce qu’il tient à démontrer dans le dernier chapitre du livre, chapitre qui résume sa philosophie. Est-ce que connaître nos émotions et nos sentiments peut nous conduire à mieux vivre, atteindre un état de “contentement”, d’accomplissement, qui était selon lui celui de Spinoza. C’est parce que Spinoza avait atteint cet état, nous dit Damasio, que malgré sa santé fragile, il a pu réaliser une œuvre aussi sereine, aussi prémonitoire des grandes discussions philosophiques et morales qui allaient se généraliser au siècle des Lumières. A la question qu’il se pose à lui-même, l’auteur répond positivement. Découvrir, grâce aux recherches qu’il nous propose, quels sont les ressorts profonds de nos sentiments et de nos pensées nous aidera à rechercher cet état d’accomplissement sans lequel la vie n’est guère supportable. Une grande variété de remèdes aux disfonctionnement dont nous souffrons pourra être envisagée, ceci dès les prochaines décennies. Mais ce sera aussi au plan collectif, celui de la politique et la morale sociales, que ces recherches seront utiles. Les mécanismes régulateurs de l’activité sociale ont été en général développés par l’évolution depuis des millions d’années. D’autres sont récents, datant de quelques millénaires, et se cherchent encore dans le désordre. Mais les problèmes qu’affrontent aujourd’hui l’humanité se compliquent considérablement. Une évaluation systématique des mécanismes régulateurs s’impose de façon de plus en plus pressante. Les remèdes aux disfonctionnements collectifs, par exemple l’addiction aux drogues et la violence, seront plus complexes que ceux applicables aux individus. Mais connaître l’esprit humain de façon plus scientifique aidera à trouver ces solutions. Il ne servira à rien de vouloir imposer aux gens des conduites ou des sacrifices qu’ils se seront pas en état de comprendre. On peut par contre espérer que, mieux informés par la science, ceux qui s’attacheront à traiter les grands problèmes sociaux, et les individus impliqués eux-mêmes, trouveront des voies d’espoir vers un meilleur état d’équilibre et de “contentement”. Continuer la lecture de « Spinoza avait raison »

Déjà publié le 12 December 2007

Les mystères de la lecture ? (1)

Eclos ayant inauguré avec Le verre est solide ? la catégorie science, je vais essayer d’enrichir cette nouvelle catégorie avec quelques articles sur la lecture.

Je viens de commencer un livre passionnant : “Les neurones de la lecture” par Stanislas Dehaene

Les neurones de la lecture

 

Le sujet : étude scientifique par un spécialiste de la psychologie et de l’imagerie cérébrale d’une de nos activité quotidienne.

Je vous recommande sa lecture, mais je vais quand même tenter de vous en donner les grandes idées en résumant les points essentiels au fur et à mesure de ma lecture

Au premier abord, l’opération de la lecture semble magique: il nous suffit de poser le regard sur un mot et, sans le moindre effort apparent, notre cerveau nous donne accès à son sens et à sa prononciation. Ce problème n’est pourtant pas simple, puisque les meilleurs logiciels de reconnaissance s’y frottent toujours avec difficulté.

L’information visuelle doit être extraite, distillée, puis recodée dans un format qui restitue la sonorité et le sens des mots. Nous avons besoin d’un algorithme de décodage, semblable dans son principe à celui d’un logiciel de reconnaissance de caractères, capable de passer des taches d’encre de la page aux mots qu’elle contient. Sans que nous en ayons conscience.

Notre cerveau réalise une série d’opérations sophistiquées dont les principes commencent seulement à être compris .

Continuer la lecture de « Les mystères de la lecture ? (1) »

Déjà publié le 11 November 2007

Darwin: Tout savoir en un peu plus d’une heure

Nous fêtons cette année les 150 ans de la naissance de Darwin.
Beaucoup de revues, d’émissions de radio ou de télé, de livres sont sortis pour l’occasion.
Parmi cet ensemble je vous signale un reportage génial de la BBC, disponible sur Internet (!!!) qui explique la théorie de l’évolution et surtout qui continue cette explication avec toutes les découvertes qui ont suivies et qui nous amènent à notre connaissance d’aujourd’hui.

darwin

C’est dans un anglais très compréhensible. J’ai malheureusement pas trouver les sous titres français

Le titre : BBC.What.Darwin.Didnt.Know.2009.
le descriptif de l’emission est disponible là: http://www.bbc.co.uk/programmes/b00h6sbt

Déjà publié le 15 April 2009

The God Delusion

Le livre est déjà un best-seller, tant en Grande Bretagne qu’aux Etats-Unis. Ce succès tient, selon nous, à deux principales raisons :
– D’une part il constitue une réplique sans concessions aux efforts que manifestent de plus en plus les religions pour conquérir ou reconquérir les sociétés occidentales.
– D’autre part, parce qu’il est écrit par un véritable scientifique, on y trouve présentés de façon synthétique les arguments les plus récents permettant au matérialisme scientifique de démontrer de façon solide l’inanité des arguments utilisés par les religions pour tenter d’expliquer le monde d’une façon conforme à ce qu’affirment leurs écritures et leurs traditions.Le livre constitue de ce fait une véritable apologie de l’athéisme. Dawkins y explique que les athées peuvent être heureux, équilibrés, moraux et intellectuellement comblés. Ils doivent donc se montrer fiers d’eux-mêmes au lieu de chercher à taire leurs convictions. Celles-ci sont en effet la preuve d’un esprit indépendant et sain. Sur le plan scientifique, les théories reposant sur la sélection naturelle dite aussi darwinienne sont seules capables d’expliquer la diversité et la richesse du monde vivant et du cosmos, contrairement à ce que prétend la doctrine du Dessein Intelligent, de plus en plus répandue, tout au moins dans le monde anglo-saxon.

http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2007/mai/goddelusion.html

Déjà publié le 4 December 2007