De la lecture et de la transformation mentale qu’elle induit.

Comme promis amis fumistes, j’ai retrouvé le passage incriminé du livre d’E. Todd après la démocratie qui nous tant fait gloser tantôt.

Après la démocratie

 » la faculté de lire et d’écrire est plus qu’une compétence, elle suppose une transformation de l’homme. Son acquisition est facile avant la puberté, difficile et le plus souvent imparfaite après, tout comme l’acquisition d’une langue étrangère, qui laisse toujours subsister un accent si elle n’est pas réalisée avant que l’enfant devienne adulte. Il s’agit bien d’une transformation en profondeur de l’activité mentale. La lecture silencieuse développe les capacités d’introspection et démultiplie le potentiel d’introversion. L’apprentissage de la lecture fabrique l’homme anxieux de la modernité, européen avant d’être japonais, chinois, arabe, indien ou africain. Cet Européen mentalement modernisé par l’alphabétisation fut perçu jusqu’à très récemment comme agité et sinistre par les populations de l’ancien tiers monde. La hausse du taux de suicide a suivi pas à pas le développement de l’alphabétisation. C’est l’émergence de cet individu triomphant et malheureux qu’étudie au fond Durkheim dans le suicide. »

Voilà voilà…

Un livre électronique de la taille d’un journal

Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

Epais de 7 millimètres, grand comme une feuille de papier et ressemblant à un bloc-notes, cet étonnant lecteur de documents, présenté par Plastic Logic, affiche des textes, des tableaux ou des présentations PowerPoint sur un écran en plastique. Bref, c’est un livre électronique mais dédié au monde de l’entreprise. Cette destination et son vaste afficheur, fin et sensitif, le distinguent nettement des modèles actuels.

Le Reader pèse 160 grammes, pour 7 millimètres d'épaisseur. © Plastic Logic

 
Le Reader pèse 160 grammes, pour 7 millimètres d’épaisseur. © Plastic Logic

Continuer la lecture de « Un livre électronique de la taille d’un journal »

L’autorité du père, à quoi cela sert il ?

Pourquoi est il essentiel qu’un enfant ait à faire à un autre adulte que sa mère.

On peut hasarder de nombreuses réponses plus ou moins farfelues.

  • La virilité du père et la puissance physique qu’il dégage peuvent apparaître rassurantes pour l’enfant.
  • Dans notre civilisation le père incarne le chef pour la famille.

J’aime beaucoup mieux l’explication qu’en donne ce médecin, Claude Halmos qui a écrit un bouquin sur l’autorité.

L'autorité expliquée aux parents

Continuer la lecture de « L’autorité du père, à quoi cela sert il ? »

Eloge de la fuite

Un commentaire tiré d’amazon.

Ce livre est une authentique révélation. Il est de ces ouvrages qui surprennent et font jubiler à chaque paragraphe tant l’analyse est profonde. Le Professeur Laborit éclaire le comportement humain avec une grille d’analyse jusqu’ici délaissée par les sciences sociales : la grille biologique. Partant, l’amour ou la liberté sont désacralisés par la puissance des déterminismes biologiques et socio-culturels. En l’absence d’une telle connaissance, le langage n’est qu’un alibi, une moyen contre-nature d’empêcher nos pulsions inconscientes et les déterminants socio-culturels enregistrés depuis l’enfance grâce au système limbique (le cerveau de la mémoire) d’être associés de facon originale par le cortex associatif (le cerveau particulièrement développé chez l’homme qui le rend doué de créativité). L’inventeur des neuroleptiques démontre de facon implacable que cette méconnaissance débouche sur l’angoisse qui manifeste l’impossibilité de combattre ou de fuir les hiérarchies sociales de domination. Dés lors, une seule issue s’impose à l’être humain : Mobiliser la connaissance de ses déterminismes biologoques et socioculturels pour fuir dans l’imaginaire créateur, à l’abri des jugements de valeur, des préjugés véhiculés par la société. Cette fuite salutaire doit permettre à l’homme de faire triompher de nouvelles structures harmonieuses aux dépens des hiérarchies destructrices. Puisse Henri Laborit être un jour entendu !

Eloge de la fuite

La soumission librement consentie : Comment amener les gens à faire librement ce qu’ils doivent faire

Amazon.fr
Dans leur Traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens,

Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens

Beauvois et Joule nous ont expliqué comment on manipulait plus efficacement autrui en s’appuyant sur son consentement qu’en le soumettant par la contrainte. Dans ce nouvel ouvrage, à prétention plus scientifique, ils poursuivent l’exposé de leur théorie de l’engagement qui s’inspire des travaux de psychologie expérimentale développés aux États-Unis. Le fait psychologique qu’ils mettent en évidence est que la parole engage le sujet parlant : nous nous sentons beaucoup plus impliqués par nos décisions que par celles des autres et nous éprouvons toujours quelque embarras à nous rétracter après avoir donné librement notre accord.Mais où est la découverte ? Que nous rechignions à nous dédire, les logiciens le savent bien et ont érigé cette répugnance en règle de non-contradiction, énoncée pour la première fois par Parménide. Que la servitude se fonde sur un acte de consentement, La Boétie s’en étonnait déjà dans son Traité de servitude volontaire Tendre Violette. Que nous ne nous sentions obligés que par notre seule volonté, Kant l’a le premier pleinement mis en valeur dans sa doctrine morale. Enfin, que nos paroles engagent tout notre être, la psychanalyse l’a dit et redit avec Freud et Lacan.

Si la théorie de l’engagement se sert de l’autorité de la science pour cautionner et banaliser les pratiques de manipulation du sentiment de liberté, le propos est peu humaniste. S’il énonce que l’homme n’adhère vraiment qu’à ce qu’il a librement consenti, c’est un formidable message éthique et démocratique. Au lecteur de juger. –Emilio Balturi

Idées clés, par Business Digest
Amener quelqu’un à faire en toute liberté ce qu’il doit faire est finalement moins compliqué qu’on ne le pense. Nous disposons d’une somme de connaissances scientifiques qui permettent de peser sur les comportements d’autrui sans qu’il s’en rende compte. Évidemment, c’est de la manipulaion, mais celle-ci peut être mise au service des causes les plus sombres comme les plus nobles. Ces connaissances relèvent de la psychologie de l’engagement. Les auteurs illustrent leurs applications dans des domaines aussi variés que la formation, le management, le marketing.

La soumission librement consentie : Comment amener les gens à faire librement ce qu'ils doivent faire ?

 


« La tentation de la Défaite », livre d’Antoine Vitkine

Le dessein d’Antoine Vitkine n’est pas de faire peur gratuitement. Le scénario qu’il décrit est souvent évoqué par les spécialistes des questions internationales. Son hypothèse peut sembler régulièrement corroborée par certains développements de l’actualité. Mais, fidèle à l’adage disant qu’« un bon croquis vaut mieux qu’un long discours », l’auteur a préféré raconter une histoire incarnée dans des personnages – le diplomate et ses collègues, le ministre des affaires étrangères, le journaliste français, l’intellectuel arabe – plutôt que de faire subir au lecteur un exposé pesant. Comme l’ouvrage a de surcroît des qualités littéraires certaines, on lit avec passion les aventures de ces hommes et ces femmes aux prises avec ce que James Joyce appelait « le cauchemar de l’histoire ». La Tentation de la défaite raconte où peut mener l’amour du calme et du confort dans des démocraties développées qui veulent croire que la guerre ne les concernera plus jamais. Qu’on en partage ou non le pessimisme, la lecture de ce livre s’impose.

http://www.institut-defense-democratie.net/article.php3?id_article=217

La Tentation de la défaite

Ca a l’air pas mal comme bouquin. la dernière phrase du commentaire « La Tentation de la défaite raconte où peut mener l’amour du calme et du confort dans des démocraties développées qui veulent croire que la guerre ne les concernera plus jamais.  » me rappelle les accords signés par le gouvernement français avec hitler juste avant la seconde guerre mondiale…

L’humanité disparaîtra, bon débarras !

Trop fort ce livre 😀 !!!

http://www.actu-environnement.com/ae/boutique-environnement/catalog/product_info.php?products_id=428

Destiné L’espèce humaine provoque des bouleversements irréversibles de son environnement. Notre avenir est aussi bouché que celui des dinosaures !

Peut-on encore espérer que l’Homo sapiens acquière enfin la sagesse dont il se rengorge, alors que toutes les grandes questions (pollutions, saccages des terres et des mers, climats, nouveaux virus…) sont négligées ou méprisées ?

D’où vient cette folie suicidaire ? De ce que l’homme est un grand singe égoïste. Il obéit à trois pulsions : sexuelle, territoriale et hiérarchique. Sa soif de domination le pousse à tous les crimes, y compris contre lui-même…

Guerre nucléaire, climats en folie, empoisonnement de l’air et de l’eau, nouvelles maladies… Tout cela sera très drôle. Et après ? Rien… La vie créera de nouvelles espèces jusqu’à ce que le Soleil brûle définitivement la planète, dans environ un milliard d’années.