l’homme est à la fois le plus social et le plus individualiste.

De tous les êtres vivant sur cette terre, l’homme est à la fois le plus social et le plus individualiste. Il est sans contredit aussi le plus intelligent. Il existe peut-être des animaux qui sont même plus sociaux que lui, par exemple les abeilles, les fourmis ; mais par contre, ils sont si peu individualistes, que les individus appartenant à ces espèces sont absolument absorbés par ces dernières et comme anéantis dans leur société : ils sont tout pour la collectivité, rien ou presque rien pour eux-mêmes.

Il paraît qu’il existe une loi naturelle, conformément à laquelle plus une espèce d’animaux est élevée dans l’échelle des êtres, par organisation plus complète, plus elle laisse de latitude, de liberté et d’individualité à chacun. Les animaux féroces, qui occupent incontestablement le rang le plus élevé, sont individualistes au suprême degré.

L’homme, animal féroce par excellence, est le plus individualiste de tous. Mais en même temps, et c’est un de ses traits distinctifs, il est éminemment, instinctivement et fatalement socialiste. C’est tellement vrai, que son intelligence même qui le rend si supérieur à tous les êtres vivants et qui le constitue en quelque sorte le maître de tous, ne peut se développer et arriver à la conscience d’elle-même qu’en société et par le concours de la collectivité tout entière.

Et en effet, nous savons bien qu’il est impossible de penser sans paroles ; en dehors ou avant la parole, il peut y avoir sans doute des représentations ou des images des choses, mais il n’y a pas de pensées. La pensée voit et ne se développe qu’avec la parole. Penser c’est donc parler mentalement en soi-même. Mais toute conversation suppose au moins deux personnes, l’une c’est vous, qui est l’autre ? C’est tout le monde humain que vous connaissez.

L’homme, en tant qu’individu animal, comme les animaux de toutes les autres espèces, a de prime abord et dès qu’il commence à respirer, le sentiment immédiat de son existence individuelle ; mais il n’acquiert la conscience réfléchie de lui-même, conscience qui constitue proprement sa personnalité, qu’au moyen de l’intelligence, et par conséquent seulement dans la société. Votre personnalité la plus intime, la conscience que vous avez de vous-même dans Votre for intérieur, n’est en quelque sorte que le reflet de Votre propre image, répercuté et renvoyé comme par autant de miroirs, par la conscience tant collective qu’individuelle de tous les êtres humains qui composent Votre monde social. Chaque homme que vous connaissez et avec lequel vous vous trouvez en rapports, soit directs soit indirects, détermine, plus ou moins, Votre être le plus intime, contribue à vous faire ce que vous êtes, à constituer Votre personnalité. Par conséquent, si vous êtes entouré d’esclaves, fussiez-vous leur maître, vous n’en êtes pas moins un esclave, la conscience des esclaves ne pouvant vous renvoyer que Votre image avilie. La bêtise de tout le monde vous abêtit, tandis que l’intelligence de tous vous illumine, vous élève ; les vices de votre milieu social sont vos vices, et vous ne sauriez être un homme réellement libre, si vous n’êtes entouré d’hommes également libres, l’existence d’un seul esclave suffisant pour amoindrir votre liberté.

Extrait du ‘principe de l Etat’

Bakounine

Autoédition : de l’inspiration à l’expiration.

50 nuances de gris (Fifty Shades of Grey), ce roman où une certaine vue des relations sexuelles a fait décoller les ventes et s’envoler les libidos … est à la base un roman auto-édité.

Comment ça fonctionne?
Entourez vous de muses et par une inspiration providentielle,
couchez sur papier numériques votre imagination fertile.
Le LN (qui n’est pas Grec) (LN pour Livre Numérique) prendra corps sous vos yeux
alors qu’il vous sera téléversé une (modeste?) contribution.

Il y a pléthore de site web qui rivalisent d’informations ou d’appels à inscription,
donc je vais me contenter d’une seule référence, ce simple article d’un journal féminin.

Alors, n’attendez plus la date d’expiration de vos pensées pour égrainer des ‘ha! si j’avais…’, l’avenir commence demain.

Futurs auteurs à succès, à vos clavier, et n’oubliez pas le guide…

Déjà publié le 22 March 2013

Le Nouvel Observateur Hors-Série LE CAPITALISME

http://www.info-presse.fr/revue/nouvel-observateur-hors_M2802H.htm

J’ai commencer à le lire. Assez inégale. L‘article de Comte-Sponville assez interesant.
Le tout dernier article de je ne sais plus qui est totalement farfelu et pas crédible du tout!!!

Il y a aussi un dvd avec une interview de Stiglitz pas mal du tout (j’ai pas encore tout vu).
A lire donc ;-)!

Voir aussi

Déjà publié le 6 June 2007

Enseigner comme si vos cheveux sont en feu!

En écoutant le portrait du jour de Marc Kravets ce matin a la radio, j’ai découvert ce drôle d’hurluberlu. Rafe Esquish qui enseigne dans un lycée difficile de Los Angeles arrive à ce que ses élèves gagnent tous les concours de math et autres alors qu’il sont presque tous issu de famille qui ne parle même pas l’anglais à la maison! Comment fait-il? A découvrir dans son dernier ouvrage : Teach Like Your Hair’s on Fire: The Methods and Madness Inside Room 56

Teach Like Your Hair’s on Fire: The Methods and Madness Inside Room 56

Arte doit passer un reportage sur lui, mais je n’ai pas réussi à le trouver dans la grille d’Arte 🙁 !

 

Déjà publié le 3 April 2008

Le Sénat : Enquête sur les super privilégiés de la République

Je ne puis résister à vous faire partager cet présentation du livre Le Sénat : Enquête sur les super privilégiés de la République qui montre à quel point nous connaissons peu nos institutions …

A une époque où il nous est demandé de nous serrer la ceinture, les sénateurs, dans leur majorité,  se moquent ouvertement des personnes.

Écoutez cet extrait audio et faîtes vous votre idée …

Enfin la fin de la sinistrose : L’optimisme est de retour

Le voici enfin l’article que je voulais écrire depuis si longtemps.  Un article débordant d’optimisme, pour contraster avec la sinistrose ambiante.
Peter Diamandis ne fait pas disparaître les guerres, le chômage, la misère. Il nous propose simplement de ne pas nous focaliser sur nos maux mais sur nos qualités et sur nos perspectives.

Pour une fois que l’humanité n’a pas le mauvais rôle.

Pour en savoir plus sur le bonhomme : Peter Diamandis

La liste de ses projets liés à l’éducation, à l’espace, à la science  est impressionnante. Pas mal d’entre eux méritent un article sur ce blog

Cento tu remarqueras, une fois encore, comme avec google le recours à la multitude des humains lambda  pour résoudre des problèmes complexes avec le projet fold it

Le monsieur a écrit un livre sur le même sujet

Abundance: The Future Is Better Than You Think

Le sens caché du monde : L’anagramme au pays de la physique fondamentale

Je viens de découvrir grâce à la radio ce petit ouvrage poétique de notre “physicien favori” Etienne Klein

Anagrammes renversantes ou Le sens caché du monde

Un petit extrait pour vous mettre l’eau à la bouche:

La gravitation universelle                         : loi vitale régnant sur la vie
L’origine de l’univers                                  : un vide noir grésille
l’accélérateur de particules                       : eclipsera l’eclat du créateur
etre ou ne pas etre voila la question        : oui et la poser n’est que vanité orale
Albert Einstein                                            : rien n’est établi

Internet rend-il bête ? : Réapprendre à lire et à penser dans un monde fragmenté

ça y est vous n’avez plus d’excuses, le livre génial découvert il y a deux ans par Cricri (ici) est enfin traduit en français.

Internet rend-il bête ? : Réapprendre à lire et à penser dans un monde fragmenté

Si vous ne voyez pas de quoi je parle, retournez voir mon article (ici) qui effleurait quelqu’un des nombreux sujets évoqués dans ce livre.
Je vous en conjure avant qu’il ne soit trop tard 😉
Laissez tomber votre Facebook favori pendant quelques heures pour lire ce mode d’emploi de votre propre cerveau.