La dette publique : Une longue histoire

Je vous propose ce court article du monde très intéressant sur l’histoire de la dette publique

Le problème de la dette publique surgit aujourd’hui avec une extrême urgence sur la scène économique, politique et médiatique. Par un jeu de dominos pervers, plusieurs pays de la Communauté européenne sont au bord de la banqueroute (Irlande, Grèce) ou mis en danger par l’explosion de leur dette publique (Portugal, Espagne, Italie), tandis que les Etats-Unis sont minés par leur déficit abyssal.Triple a perdu

L’acuité de la crise financière et le désarroi des politiques incapables de la juguler expliquent la panique qui a saisi les marchés et l’angoisse qui a envahi les citoyens. Non que la question de la dette américaine ou du déficit des Etats européens ait été ignorée au moment du traité de Maastricht, en 1992, mais la tournure prise par les événements depuis 2008 lui confère le statut peu enviable de péril inouï.

Continuer la lecture de « La dette publique : Une longue histoire »

Téléphones mobiles : l’âge de chien!

http://www.franceinter.fr/emission-l-edito-eco-ete-nouvelle-bataille-dans-le-telephone-mobile

Hier la société canadienne RIM (Research In Motion) a présenté cinq nouveaux modèles de Blackberry. Les Blackberry ne sont pas de belles mûres noires dont vous pourriez faire de la confiture, mais des téléphones très bien faits pour lire et écrire des courriers électroniques. Dans les années 2000, ça a fait un tabac auprès des cadres toujours entre deux avions, et puis ça a gagné le grand public, au point que RIM est même devenu l’an dernier l’un des premiers fabricants mondiaux de téléphones mobiles. Mais la concurrence est rude dans le mobile et plus encore dans le « smartphone », le mobile dit intelligent. Ces derniers mois, RIM a licencié et dévissé en Bourse. Pour rattraper la concurrence, l’entreprise a lancé ces nouveaux modèles.

Continuer la lecture de « Téléphones mobiles : l’âge de chien! »

L’entreprise appartient à l’actionnaire. Seulement ?

Pour faire suite à l’article Tranches de vie d’un vrai salaud j’ai trouvé un blog qui apporte un éclairage différent.
Le titre : “L’actionnaire, ennemi de l’entrepreneur”.

L’auteur écrit que comme l’indique Wyser-Pratte:  Une entreprise appartient à l’actionnaire.

Il explique que les français et Sarkozy en tête, veulent opposer le vilain actionnaire et le gentil entrepreneur, alors que les deux sont indispensables.

A partir du moment ou un entrepreneur va en bourse, il cède une partie de son entreprise à d’autres : les actionnaires. Ceux-ci ont des droits bien légitimes que Wyser-Pratte défend.

Ce qui m’intéresse derrière ce raisonnement parfaitement juste, c’est les non-dits et les oubliés.

En effet, cette approche laisse à penser que l’actionnaire investi de façon pérenne dans l’entreprise. On imagine le petit actionnaire, père de famille, qui risque de perdre son petit capital , durement acquis à la sueur de son front !!!, à cause de l’incurie des dirigeants de l’entreprise.

La réalité est tout autre , Monsieur Wyser-Pratte ne travaille pas pour ces petites gens, mais pour des investisseurs professionnels qui ont rarement comme objectif principal le réussite de l’entreprise sur le long terme, mais plutôt les bénéfices à court terme qu’ils peuvent en tirer.

Ce qui nous amène à un grand absent de ce couple si idyllique :  le salarié de l’entreprise. Car avant d’être une valeur virtuelle en bourse, sujette à toutes les fluctuations, l’entreprise est un groupe d’humains qui eux inscrivent leur vie dans le long terme.

Donc quand l’auteur du blog nous fait l’éloge du “pouvoir régulateur de l’actionnaire”, j’aimerais aussi voir apparaître le pouvoir régulateur des salariés.

Le blog en question: http://www.sarkostyle.org/2008/10/economie-relle.html

Tranches de vie d’un vrai salaud

Javais adoré la serie américaine “Profit” qui mettait en scène un anti héro parfait sous la forme d’un trader sans scrupules.
Ce n’etait qu’un serie !
Ce reportage d’ Arte raconte la vie d’un vrai raider franco américain Guy Wyser-Pratte.
Ce type vit avec une morale assez différente de la notre …
Il se présente comme un simple défenseur des actionnaires dont il ne fait que défendre les droits maltraités par des dirigeants incompétents.
Ancien officier des marines il hait les faibles. Quand il etait petit , il regnait une discipline toute prussienne à la maison.

“L’Allemagne , la France et l’Italie sont les trois derniers pays communistes d’Europe. Il y règne encore cette mentalité d’assisté….”

“En France les employés ont la semaine de 35 heures, tout le monde s’en fiche. Ils partent en vacances le reste de la semaine …”

Son nouveau projet c’est le marché des vieux en Allemagne …
Sa femme d’origine allemande , a appris le “sens du travail”, elle rêve à un renouveau de l’Allemagne (!!!!).
Le reportage

Attention ce n’est disponible que quelques jours.