Witricity, witricité…

Après la communication, voici que s’en vient l’électricité sans fil !

Witricity_alexsens_osram

Qui de nous n’a pas fulminé après ces fils de appareils mobiles !

Qui ne s’est pas pris les pieds dans les fils d’une lampe !

Qui un jour a espéré enfin pouvoir éclairer un bout de jardin sans prise électrique !

Après le WiFi pour les appareils communicants, le Wireless Power Transfert (Witricity), Witricité est-il « the solution » ?

Continuer la lecture de « Witricity, witricité… »

Déjà publié le 11 December 2008

La CONSOMATIQUE

C’est ainsi qu’on pourrait nommer cette nouvelle façon de consommer à l’aide des technologies en « ique » (informatique, électronique,  automatique…)
Plus un petit humain à l’horizon, si ce n’est derrière les caméra de surveillances…
Vous entrez, vous achetez, vous ressortez, et vous évitez ainsi de dire bonjour au
gardien à l’entrée et de répondre au sourire de la charmante hôtesse de caisse (comme on dit maintenant)…

Mais assez parlé, les faits en images …

Fast Track : les premières supérettes 100 % RFID

Ne croyez pas au vu de cette vidéo qu’il s’agit d’une innovation US pur jus. En fait, un prototype de magasin RFIDisé fonctionnant comme un club d’achat a déjà été mis au point par l’enseigne Leclerc dans le cadre de la Ferme du Sart, à proximité de Villeneuve d’Asq et ce dès 2006 !

L’objectif était de prouver qu’il était possible sur la base de ce concept de développer un réseau de superettes ouvertes en 24/7 avec un minimum de personnel, essentiellement là pour aider la clientèle dans ses choix de produits.

Déjà publié le 3 August 2009

Insolite : un canoe transparent !

Vous aimez profiter du paysage sans en perdre une miette, y compris de ce qui se passe… en dessous de vous ?

Alors la société américaine STC a ce qu’il vous faut. STC pour See Through Canoe, ou canoë transparent, en français.

Elle propose des canoës et des kayaks entièrement transparents, de sorte à ce que vous puissiez voir le moindre poisson qui s’avise de nager sous votre embarcation pendant que vous pagayez.

Le canoë transparent coûte 1475 $, soit environ 1033€. Le site de l’entreprise propose également une liste de lieux où vous pourrez louer un canoë ou un kayak dans tous les états … des Etats-Unis !

Dommage qu’il n’y ait pas cela prés de chez nous …

 

Déjà publié le 3 October 2011

Des Hommes et des Dieux

Une fois n’est pas coutume, je vais parler cinéma…
Non pour vous conter ma sortie dominicale et la séance de « Moi, moche et méchant » en 3D (…) mais pour vous inviter à visionner « Des hommes et des dieux » ce film français de Xavier Beauvois avec Lambert Wilson, Michael Lonsdale, et Olivier Rabourdin.

Près de 1,3 million de spectateurs en deux semaines ! Qu’un film, contre toutes attentes, attire un monde fou, cela est déjà arrivé comme pour les 8,5 millions d’entrées pour Les Choristes, en 2004.
C’est beaucoup plus rare pour un film austère, sur un sujet dur où l’action se fond en béatitudes …

La quasi-totalité de la critique, à Cannes puis au moment de sa sortie en salles, a encensé le film. D’habitude ce genre de « ola » médiatique présage du pire 🙂 … Mais pas cette fois.

Est ce un retour au film « humaniste » comme avec Agora ?

Ce qui me fascine le plus c’est ce désir de rester coûte que coûte face au danger imminent … les moines répondent en chants et en prières… Quelques uns doutent et veulent partir mais ils se rangent à l’avis du groupe et décident de rester.

2000 ans d’histoire et toujours cette même renonciation au bon sens, cette résignation, cette attente de la main divine..
«  »Accepter de s’échouer sur le rivage du monde plat de l’école ionienne de Milet, guidé par la lueur des ombres du phare de ses utopies » »

Toujours est il que vous pouvez sans craintes passer les deux heures que dure le film confortablement installé dans votre fauteuil, vous n’en sortirez pas indemne de toute réflexion.

Le Synopsis officiel du film :
Un monastère perché dans les montagnes du Maghreb, dans les années 1990. Huit moines chrétiens français vivent en harmonie avec leurs frères musulmans. Quand une équipe de travailleurs étrangers est massacrée par un groupe islamiste, la terreur s’installe dans la région. L’armée propose une protection aux moines, mais ceux-ci refusent. Doivent-ils partir ? Malgré les menaces grandissantes qui les entourent, la décision des moines de rester coûte que coûte, se concrétise jour après jour…
Ce film s’inspire librement de la vie des Moines Cisterciens de Tibhirine en Algérie de 1993 jusqu’à leur enlèvement en 1996.

Déjà publié le 25 October 2010

Ecrire, la tête dans les nuages

Ecrire, la tête dans les nuages

Écrire sans clavier ? Depuis combien de temps n’écrivons-nous plus avec un stylo dès qu’un texte fait plus de quelques lignes ? Le clavier auquel nous nous sommes si bien habitués au cours de la dernière décennie ne restera sans doute pas éternellement l’interface de saisie la plus rapide ou la plus pratique. On le voit déjà sur les téléphones portables ou les PDA dont le clavier est trop petit et malaisé, pas seulement pour les les personnes âgées ou handicapées des mains et/ou des yeux.

Le laboratoire Cavendish de l’université de Cambridge en Angleterre élabore une interface révolutionnaire pour les situations où le clavier est inadapté. Le programme Dasher permet de saisir du texte sans clavier et même sans les mains. Le traitement de texte devient un jeu d’ordinateur : au lieu de taper les caractères un par un, on navigue dans une nuage de caractères où se forment, comme par magie, des groupes de lettres qui ensuite forment des mots.

L’interface est de type « saisie prédictive à agrandissement » comme on en voit partout maintenant : la pertinence d’une information pondère sa taille, les informations susceptibles d’intéresser l’utilisateur apparaissent plus grandes ou plus nettes que les autres. Ici l’utilisateur cherche la première lettre du mot à écrire dans le nuage des lettres proposé. Dasher augmente ensuite la netteté des lettres qui ont le plus de chance de suivre celle que l’utilisateur vient de sélectionner et diminue la netteté des autres. Pour les mots les plus courants, la suite du mot commence à apparaître dans le nuage et l’utilisateur peut terminer ce mot rapidement en choisissant la dernière lettre.

La navigation proprement dite se fait à l’aide d’une souris, d’un stylet, de ses yeux voire avec les pensées. D’après ses auteurs, écrire avec Dasher est aussi rapide qu’avec un stylo. Un utilisateur expérimenté serait capable d’écrire 39 mots par minute.

Quel sera l’avenir d’une telle apllication ? Le duo duo clavier – souris subit la concurrence de plus en plus forte des interfaces « à gesticules ». telles le stylet, les systèmes à commande oculaire ou vocale ou même commandés par la pensée, qui vont probablement prendre plus d’ampleur dans les années à venir. Dasher pourrait avoir son rôle à jouer dans cette évolution. Peut-être que dans quelques années vous dasherez vos textes rien qu’en y pensant… les doigts dans le nez ?

Vous pouvez télécharger Dasher gratuitement dans plusieurs langues. Une démonstration est disponible sur YouTube.

suite

Je ne dirai qu’un mot : Génial!

Essayer c’est l’adopter ….

Déjà publié le 10 April 2009

Les media ou la désinformation organisée

Faites-moi confiance, je suis un menteur!

Dans un article de presse (sic)  récent, il est question d’un jeune homme de 25 ans qui s’est amusé, durant plusieurs mois, à proposer son témoignage à tous les journalistes qui en cherchaient un, et ce quel que soit le sujet de l’article.

Ryan Holiday n’est pas un amateur de barefoot running (la course pieds nus) et ne collectionne pas les vinyles. Il n’est pas insomniaque et ne travaille pas davantage comme employé de bureau. Il est responsable marketing chez American Apparel et …
manipulateur de médias.

Sa technique était simple, : « Quand un journaliste américain faisait appel à Help a Reporter Out (HARO), un service de mise en relation entre la presse et des témoins ou des sources, il répondait, peu importe la réalité de ses connaissances. Le jeune homme avait même engagé un assistant pour l’aider à répondre favorablement au plus de sollicitations possibles. »

Depuis la révélation de ses supercheries à répétition, la plupart des médias abusés ont modifié leurs contenus en précisant dans une note qu’un faux témoignage avait été retiré de l’article.

Il voulait prouver que les journaux et les blogueurs, obsédés par la course à l’audience, étaient prêts à raconter n’importe quoi. Il détaille l’ensemble de son imposture dans un ouvrage paru le 19 juillet intitulé Trust me, I’m lying: confessions of a media manipulator («Faites-moi confiance, je suis un manipulateur»).

«Un article fouillé et construit et un article bâclé font autant de clics», regrette Ryan Holiday … et il s’étonne de la facilité avec laquelle il a dupé la presse.

«C’était tellement facile que c’en était terrifiant.»

Déjà publié le 26 July 2012