Que reste-t-il de mai 68 ?

Site de l’émission Daniel Cohn-Bendit, aujourd’hui député européen, mais toujours symbole de « l’esprit de mai » dont il fut le leader charismatique, rencontrait Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de Jean-Pierre Raffarin. Luc Ferry, connu pour avoir le premier formulé une critique intellectuelle de l’héritage de 68 dans un livre paru en 1985 avec Alain Renaut et sous-titré Essai sur l’antihumanisme contemporain. Première formulation, en vérité d’une critique philosophique de 68, reprise et amplifiée dans les années 90, et qui annonça le retour durable d’un certain moralisme. Continuer la lecture de « Que reste-t-il de mai 68 ? »

Déjà publié le 2 February 2008

Spinoza avait raison

Au demeurant, Damasio tient à montrer qu’il n’est pas réductionniste. Pour lui, la biologie des relations entre le corps et l’esprit, la neurophysiologie des émotions et des sentiments (des passions), ouvre des perspectives morales considérables. C’est ce qu’il tient à démontrer dans le dernier chapitre du livre, chapitre qui résume sa philosophie. Est-ce que connaître nos émotions et nos sentiments peut nous conduire à mieux vivre, atteindre un état de “contentement”, d’accomplissement, qui était selon lui celui de Spinoza. C’est parce que Spinoza avait atteint cet état, nous dit Damasio, que malgré sa santé fragile, il a pu réaliser une œuvre aussi sereine, aussi prémonitoire des grandes discussions philosophiques et morales qui allaient se généraliser au siècle des Lumières. A la question qu’il se pose à lui-même, l’auteur répond positivement. Découvrir, grâce aux recherches qu’il nous propose, quels sont les ressorts profonds de nos sentiments et de nos pensées nous aidera à rechercher cet état d’accomplissement sans lequel la vie n’est guère supportable. Une grande variété de remèdes aux disfonctionnement dont nous souffrons pourra être envisagée, ceci dès les prochaines décennies. Mais ce sera aussi au plan collectif, celui de la politique et la morale sociales, que ces recherches seront utiles. Les mécanismes régulateurs de l’activité sociale ont été en général développés par l’évolution depuis des millions d’années. D’autres sont récents, datant de quelques millénaires, et se cherchent encore dans le désordre. Mais les problèmes qu’affrontent aujourd’hui l’humanité se compliquent considérablement. Une évaluation systématique des mécanismes régulateurs s’impose de façon de plus en plus pressante. Les remèdes aux disfonctionnements collectifs, par exemple l’addiction aux drogues et la violence, seront plus complexes que ceux applicables aux individus. Mais connaître l’esprit humain de façon plus scientifique aidera à trouver ces solutions. Il ne servira à rien de vouloir imposer aux gens des conduites ou des sacrifices qu’ils se seront pas en état de comprendre. On peut par contre espérer que, mieux informés par la science, ceux qui s’attacheront à traiter les grands problèmes sociaux, et les individus impliqués eux-mêmes, trouveront des voies d’espoir vers un meilleur état d’équilibre et de “contentement”. Continuer la lecture de « Spinoza avait raison »

Déjà publié le 12 December 2007

Les preuves irréfutables de l’existence de dieu

L’AUTORITÉ DE LA BIBLE…peut-on la prouver?
La Bible est le best-seller de tous les temps. N’est-elle que pure superstition, une œuvre non inspirée des hommes ? Ne constitue-t-elle qu’un ensemble d’écrits hébreux et grecs — sans doute utiles juste pour servir de livre d’histoire ? La Bible prétend être la Parole de Dieu. Doit-on accepter son autorité avec foi ? Peut-on prouver son autorité divine ? Voici les preuves bibliques !
PAR DAVID C. PACK

http://www.thercg.org/fr/brochures/bacibp-fr.html?cid=g0280&s_kwcid=ContentNetwork|951152161&gclid=CPmr1MDG3o8CFRwXEAod21PPiA

Je trouve cela assez atterrant car il n’y a pas une seule preuve d’avancée, juste des mots comme “indéniable, aucun doute, preuves irréfutables, seule explication possible, évidence claire, emphatique, incontestable” et qualifie tout ce qui relève de la science en contradiction comme “impossibilité, improbabilité”. Le plus navrant est l’attaque sur l’évolution où il prétends – par une entourloupe digne de Schopenhauer – prouver que la théorie de l’évolution est fausse et que le créationisme biblique est la seule vérité. J’ai jamais vu pareille mauvaise foi!

Bref j’attends avec impatience vos commentaires… 🙂

Déjà publié le 15 November 2007

The God Delusion

Le livre est déjà un best-seller, tant en Grande Bretagne qu’aux Etats-Unis. Ce succès tient, selon nous, à deux principales raisons :
– D’une part il constitue une réplique sans concessions aux efforts que manifestent de plus en plus les religions pour conquérir ou reconquérir les sociétés occidentales.
– D’autre part, parce qu’il est écrit par un véritable scientifique, on y trouve présentés de façon synthétique les arguments les plus récents permettant au matérialisme scientifique de démontrer de façon solide l’inanité des arguments utilisés par les religions pour tenter d’expliquer le monde d’une façon conforme à ce qu’affirment leurs écritures et leurs traditions.Le livre constitue de ce fait une véritable apologie de l’athéisme. Dawkins y explique que les athées peuvent être heureux, équilibrés, moraux et intellectuellement comblés. Ils doivent donc se montrer fiers d’eux-mêmes au lieu de chercher à taire leurs convictions. Celles-ci sont en effet la preuve d’un esprit indépendant et sain. Sur le plan scientifique, les théories reposant sur la sélection naturelle dite aussi darwinienne sont seules capables d’expliquer la diversité et la richesse du monde vivant et du cosmos, contrairement à ce que prétend la doctrine du Dessein Intelligent, de plus en plus répandue, tout au moins dans le monde anglo-saxon.

http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2007/mai/goddelusion.html

Déjà publié le 4 December 2007