Traité des délits et des peines (1764) du marquis Cesare Bonesana BECCARIA

Une petite lecture fortement conseillée pendant les fêtes.

A imprimer au bureau et à lire sous le sapin 😉 !

http://classiques.uqac.ca/classiques/beccaria/traite_delits_et_peines/traite_delits_et_peines.html

Extraits:

p23 : pourquoi le judiciaire et le législatif doivent être distinct.

principe, d’où il résulte que le souverain, qui représente la société, ne peut faire que des lois générales, et auxquelles tous doivent être soumis, mais qu’il ne lui appartient pas de juger si quelqu’un a enfreint ces lois. En effet, la nation se diviserait alors en deux parties, l’une, représentée par le souverain, qui affirme que le contrat est violé, l’autre par l’accusé, qui le nie. Il faut donc qu’un tiers juge de la vérité du fait. Il est donc nécessaire qu’il y ait un magistrat dont les sentences, sans appel, ne soient qu’une simple affirmation ou négation de faits particuliers.

p37

Telle est la malheureuse condition de l’esprit humain, qu’il connaît avec exactitude les révolutions des corps célestes, tout éloignés qu’ils sont de lui, tandis que les notions bien plus rapprochées et bien plus importantes de la morale restent ensevelies dans les ténèbres de l’incertitude, et que, flottantes au gré du tourbillon des passions, elles sont à la fois établies par l’ignorance et admises par l’erreur.

p43

Mais si, en soutenant les droits sacrés de l’humanité, si, en élevant ma voix en faveur de l’invincible vérité, j’avais contribué à arracher des bras de la mort quelques-unes des victimes infortunées de la tyrannie ou de l’ignorance, quelquefois aussi cruelle, les bénédictions et les larmes d’un seul innocent, dans les transports de sa joie, me consoleraient du mépris des hommes.

Enjoy!

Ce contenu a été publié dans philo, Politique, société, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *