L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…

J’ai entendu à la radio ce gars et ça m’a l’air sacrément intérressant!
Il y a un pdf à télécharger : ICI

L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat, parce que l’Histoire, et au-delà les sciences humaines, est menacée par la posture utilitariste dominante dans notre société, pour laquelle seul ce qui est économiquement et immédiatement rentable est légitime : le reste n’est que gaspillage de temps et de deniers publics. Dans cette situation, l’Histoire médiévale est dans une situation paradoxale puisque s’ajoute à ce déficit général de légitimité des sciences humaines un détournement généralisé du Moyen Âge à des fins variées, jouant tantôt sur le caractère irrationnel et sauvage prêté à la période, tantôt sur la valeur particulière des  » racines  » médiévales. Le Moyen Âge devient ainsi un réservoir de formules qui servent à persuader nos contemporains d’agir de telle ou telle manière, mais n’ont rien à voir avec une connaissance effective de l’Histoire médiévale.
Cet ouvrage entend contribuer à montrer la nécessité qu’il y a à prendre au sérieux l’Histoire du Moyen Âge, non comme un jeu intellectuel ou érudit ni comme simple moyen de comprendre d’où nous venons (thématique des racines, toujours susceptible de dérives idéologiques) mais afin d’expliquer comment s’est formé le système social occidental. Une première étape consiste à mettre à jour les rapports ambigus que la société libérale a développés envers la société médiévale depuis le XIXe siècle, qui rendent complexe la production d’un discours scientifique sur le Moyen Âge mais en même temps font des usages actuels de la période un symptôme révélateur des blocages sociaux : car quand la société libérale parle du Moyen Âge, c’est elle-même qu’elle met en scène.
Une deuxième étape entreprend de montrer que la société médiévale, quoique radicalement distincte, n’est pas l’inverse de la société contemporaine, mais bien plutôt sa matrice, contrairement à ce que la mythographie bourgeoise du XIXe siècle a laissé croire. À travers la présentation de deux processus abstraits et interagissants qui s’y sont accomplis, la  » déparentalisation  » et la spatialisation du social, on tente d’appréhender les fondements du développement de la puissance occidentale à partir du XIe siècle. Celui-ci repose sur une élévation exceptionnelle de la productivité sociale, à un moment où les litterati, c’est-à-dire les savants, étaient au pouvoir. L’histoire de la société médiévale montre ainsi combien une société qui met ses savants à sa tête peut être socialement productive.

Déjà publié le 25 February 2008

Ce contenu a été publié dans Livres, Politique, société, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…

  1. job dit :

    Je ne serais pas aussi pessimiste que cet auteur.
    Certes, nos modes de vie actuels mettent en avant l’efficacité et le court terme. L’histoire, au même titre que l’enseignement du latin à l’école peuvent à ce titre se sentir menacés.
    Mais la réponse ne peut pas être celle du donneur de leçons.
    Je crois plus à un dynamique de plaisir et de jeux.
    Il y a quelques années, une nouvelle revue avait vue le jour intitulée "Histoire vivante".
    Son objet : L’actualité des "reconstituants", tous ces gens qui seuls ou en famille décident de (re)-jouer à être le chevalier Bayard ou l’indien Géronimo ou encore pour les plus pervers à la pucelle jeanne.

    L’avantage de ce type d’activité et qu’elle s’inscrit dans le quotidien: On prépare sont déguisement, uniforme pour la sortie du week-end.
    Pour ce faire on se plonge de soi même dans les livres d’histoire pour y trouver les infos nécessaires.

    Un de mes collègue qui pratique le tir à l’Arc s’est intéressé aux arcs d’autrefois, puis au gens qui utilisaient ces arcs, puis à l’époque ou vivaient c’est gens. Et voilà comment par petit pas successif il a découvert le moyen âge qu’il avait complètment raté pendant sa scolarité.

    Donc pour me résumer, je n’ai vraiment pas peur pour l’ Histoire tant qu’elle reste vivante. Je lui voit des jours fastes pour encore de nombreuses années.

    Ca fait du bien d’être optimiste de temps à autre 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *