L’enfer est pavé de bonnes intentions (version écologique)

Il y a quelques semaines j’avais découvert à mon plus grand effarement que l’implantation d’éoliennes pouvait avoir des effets néfastes sur l’ environnement en terme de rejet de CO2.

Mais ce soir, je découvre que le prochain danger pour la planète est sans doute notre volonté de vouloir absolument développer de façon excessive les biocarburants.

Cela semble tout a fait paradoxal, mais pas si compliqué que cela à comprendre.

Si pour produire des biocarburants nous défrichons de façon excessive, si nous gaspillons cette matière première de plus en plus rare qu’est l’eau, si nous recourons de façon massive aux engrais et pesticides pour faire pousser toutes ces céréales , et enfin si nous ne conservons plus suffisamment de terres pour nous nourrir, alors malgré nos bonnes intentions nous aurons aggraver notre cas.

Le petit extrait (2m45) suivant explique tout cela mieux que moi.

le danger des biocarburants

Le livre du gars qui parle

On s’aperçoit que la lutte contre le réchauffement climatique est une matière bien subtile, pavée de fausses vérités et que là encore les solutions trop simples ne sont pas les bonnes.

À propos de job

Job assis sur son fumier
Ce contenu a été publié dans écologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à L’enfer est pavé de bonnes intentions (version écologique)

  1. Cento dit :

    Pour les biocarburant j’en avais déjà entendu parler. Pour les éoliennes, je suis un peu plus surpris! Si tu pouvais nous donner plus de détails stp?
    Après le mais est une culture horrible car elle nécessite énormément d’eau. Je ne sais pas pour la betrave, mais il vaut mieux s’axer sur une plante peu gourmande en eau pour faire du biocarburant. Peut-être enfin une application pour le transgénique, vu que l’on n’aura pas à le manger. Reste de problème de faire pousser du transgénique à coté de champs normaux.
    Une solution aussi est de devenir végétariens car il y a un très grands nombres de champs qui servent à faire pousser les céréales pour nourir tout le betail que l’on mange. Si on utilise ces surfaces pour produire des plantes que l’on mange nous on résoud déjà un sacré problème de place!

  2. job dit :

    Je vais réunir quelques références pour étayer le constat sur les éoliennes.
    Mais pour pas te faire attendre plus longtemps, je te donne la clef pour comprendre comment une éolienne peut produire du CO2.

    Une éolienne produit de l’électricité de façon intermittente.
    L’électricité ne se stocke pas.
    Lorsqu’il n’y a pas de vent, il faut bien avoir de l’électricité.
    Quel est le moyen d’avoir de l’électricité à la demande sans délai : la centrale thermique.
    La centrale nucléaire n’a pas cette souplesse.
    Donc plus pour tous les KW produits par le vent, il faut prévoir des KW produit par une centrale thermique pour la cas ou le vent tomberai.

  3. Cento dit :

    Ah ok merci. Comme je vais peut-être investir des sous-sous dans des entreprises qui fabriquent des éoliennes, je ne voudrais pas paver l’enfer de mes bonnes intentions… :-O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *