Le Saint Thomas de l’acupuncture

J’aurais pu garder ce sujet de conversation pour l’un de nos repas en commun, tant il est sujet à controverses, mais je veux déjà commencer à vous donner quelques éléments de réflexion.

Pour que vous restiez avec moi tout du long je saurai, comme mon Maître en la matière : Eclos, illustrer mon texte de quelques photo agréables.

Ce petit intermède reposant vous donne le sujet de mon article: L’acupuncture.
La grande question pour des occidentaux comme nous, nourris dès leur plus jeune âge au petit lait de la science est l’efficacité d’une médecine dont nous n’avons pas encore explicité les fonctionnements.

Pour ma part je reste attaché à deux  phrases du  français Claude Bernard, fondateur de la médecine expérimentale.

  • « C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre. »
  • « Quand le fait que l’on rencontre ne s’accorde pas avec une théorie régnante, il faut accepter le fait et abandonner la théorie. »

Tout cela pour dire que les concepts de l’acupuncture me séduisent beaucoup. Mais malheureusement pour moi jusqu’à lundi dernier ce n’était qu’un intérêt intellectuel.

C’est un peu comme un gars qui adore regarder des films d’art martiaux. Cela ne fait pas de lui un Grand Maître Ninja.

Pause artistique pour les pervers que vous êtes …

Je reviens à mon histoire.

Ayant une famille soignée par une généraliste acupuncteur, ce dernier m’avait déjà enfoncé quelques aiguilles dans l’epiderme à l’occasion de mes accidents sur les genoux.

Rien d’exceptionnel à l’époque. La séance d’acupuncture n’avait étée qu’une simple étape parmi d’autres (médicaments, massage, Kiné, etc …).

Comme c’est souvent le cas lorsqu’on se soigne, on ne sait pas exactement ce qui vous a guerri. On prend un médicament et deux jours plus tard tout va mieux. Que se serait il passé si l’on n’avait pas pris ce médicament ? Peut être que deux jours plus tard on aurait exactement le même état de santé.
Beaucoup de nos petit bobos bénins (Rhumes, Gastro, …) disparaissent souvent d’eux même pour peu qu’on veuille bien leur donner le temps de s’en aller.

Suite à mon accident à l’épaule gauche de juillet dernier, ayant encore quelques douleurs persistantes, j’avais rendez vous chez ce même médecin lundi dernier.

Après quelques explications, le médecin m’a planté une dizaine d’aiguilles sur le corps. J’ai gardé tout cela environ 40 minutes couché sur sa table d’examen.

Au bout de dix minutes j’ai commencé à ressentir une gêne importante dans le poignet gauche, puis un peu plus tard des mouvements nerveux de la main gauche, un peu comme un tic.

A la fin de la consultation, lorsque je suis sorti, j’avais l’impression d’avoir fait une séance de musculation avec mon bras gauche.

Le lendemain matin , j’avais comme des courbatures et un beau bleu de 3 cm était apparu à la jointure entre l’épaule et le torse.

C’est donc la première fois pour moi que je ressens un effet immédiat et que je porte même les ‘stigmates’ de l’acupuncture.

Je laisse maintenant à votre sagacité l’explication de ces phénomènes.

Quelques pistes pour votre réflexion : effet placebo, autosuggestion, réelle efficacité d’une médecine millénaire …

Pour vous remercier de votre attention, je vous gratifie d’une dernière image à base d’aiguilles

À propos de job

Job assis sur son fumier
Ce contenu a été publié dans santé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le Saint Thomas de l’acupuncture

  1. Cento dit :

    Ben ma question serait celle-ci : est-ce que tu es guérri pour autant? Parceque te faire un gros bleu sur le bras, ça je peux le faire aussi et sans aiguille!!!

    Eclos, tu sais pas si Manaudou fait aussi de la cul-poncture? La preuve en images?! 😛

  2. job dit :

    Bien tenté, mais trop simple 😉
    Je n’avais pas d’aiguille à l’endroit du bleu.
    Pour ce qui est de la guérison, je dirais en faisant un peu de provoc que ce n’est pas le problème.
    Comme je l’ai déjà mentionné l’acupuncture est rarement utilisée seule. J’ai des remèdes à prendre en plus.
    Donc d’un point de vue de l’expérience, mon éventuelle guérison n’apporte rien.
    Ce qui m’a intéressé c’est les sensations immédiates ou au lendemain de la séance.
    Pour illustrer ce que je veux dire, je pense que si le lendemain j’avais été malade comme un chien , à ne plus pouvoir bouger mon bras, mon raisonnement aurait été le même. J’aurais juste pensé que mon toubib n’avait pas fait le bon diagnostic.
    Mon « émerveillement » vient que quelques aiguilles à peine accrochées à ma peau puissent avoir sur moi un effet aussi observable et mesurable. C’etait pas un reportage vu à la télé, c’etait dans mon corps à moi que ca arrivait !

  3. Cento dit :

    Ok je comprends mieux la démarche. En gros les aiguilles ont dévié suffisament les flux d’énergie de ton corps pour que cela te fasse un beau bleu là où tu avais vraisemblablement un problème physiologique. Un peu comme quand on te tape dans le dos pour faire sortir quelque chose coinsé dans l’oeusophage. Non?

  4. job dit :

    Ben c’est un peu l’idée.
    Je vais y retourner bientôt. On verra si ca se reproduit et même si ça s’amplifie.

    Dans ce cas, cela voudrait dire que j’ai enfin réussi à me convaincre inconsciemment de l’efficacité de l’acupuncture et que par là même j’arrive à créer ou a amplifier la réaction de mon corps.

    La version qui me plairait le plus c’est celle ou c’est moi seul qui crée ce phénomène, l’acupuncture n’étant qu’un activateur de mon effet placebo.

    Mais intellectuellement, l’hypothèse de l’efficacité de l’acupuncture associée à un peu d’autosuggestion reste plus probable.

    a suivre …

    Prochaine étape : je me fait saigner par la pensée la paume des mains les pieds et les côtes et je monte un tournée triomphale dans tous les pays catholiques 😉

  5. job dit :

    Bouh bouh bouh :°-(
    Je suis retourné chez mon médecin qui m’a affirmé que mon bleu était le résultat de l’aiguille, même si c’était pas exactement la ou se trouvait l’aiguille.

    Me voilà donc de retour à la case départ.
    Mon bras est « réparé » mais je ne sais pas, une fois de plus, en quelle mesure l’acupuncture a contribué à ma rémission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *