Fukushima : Un expert japonnais avait averti du risque

Un sismologue japonnais Ishibashi Katsuhiko avait mis en garde les autorités japonaises contre les risques d’un tremblement de terre sur la sécurité des centrales nucléaires

ishibashi Katsuhiko

« A moins que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche. » Cet avertissement est tiré d’un article paru le 11 août 2007 dans le quotidien International Herald Tribune/Asahi Shimbun .

Ce scientifique est loin d’être un écologiste forcené puisqu’il a fait parti du panel d’experts rassemblés pour concevoir les nouvelles normes de sécurité des centrales nucléaires japonaises en 2007. Il a démissionné de cette commission pour protester contre l’insuffisance des mesures proposées.

Dans son article d’il y a 4 ans (voir ref) Ishibashi Katsuhiko expose plusieurs points intéressants:

Dans les 40 années pendant lesquelles le Japon a construit ses centrales nucléaires, l’activité sismique a été, malheureusement ou heureusement, relativement calme. Pas une seule installation nucléaire n’a été frappé par un tremblement de terre important. Le gouvernement, avec l’industrie de l’énergie et de la communauté universitaire, ont tous pris l’habitude de sous-estimer les risques potentiels posés par les tremblements de terre majeurs.

Au cours des deux dernières années, des tremblements de terre majeurs ont eu lieu à proximité de trois centrales nucléaires: la centrale Onagawa dans la préfecture de Miyagi (août 2005), l’usine de Shika dans la préfecture d’Ishikawa (Mars 2007) et l’usine de Kashiwazaki-Kariwa. Dans chaque cas, le mouvement maximal du sol causé par le tremblement de terre a été plus fort que les critères de conception sismique pour les centrales nucléaires.

Ce qui s’est passé aurait pu être bien pire. Si l’epicentre tremblement de terre avait été un peu plus loin au sud-ouest, vers le site de l’usine, et l’ampleur avait été de 7,5 – la taille d’un séisme qui a frappé la préfecture de Niigata en 1964 – et si les sept réacteurs de la centrale avait été exploitation , genpatsu-shinsai, une combinaison d’un tremblement de terre et une catastrophe nucléaire, aurait pu se produire.

La période de forte activité sismique va se poursuivre pendant encore 40 ans ou plus. Si des mesures radicales sont prises dès maintenant pour réduire la vulnérabilité des centrales nucléaires aux tremblements de terre, le Japon pourrait connaître une véritable catastrophe nucléaire dans un proche avenir.

Quand on voit la concentration de centrales nucléaires au Japon, on peut être inquiet pour l’avenir.

References:

l’ article de Ishibashi Katsuhiko lui même (en anglais) dont j’ai tiré les extraits ci dessus: http://www.japanfocus.org/-Ishibashi-Katsuhiko/2495

Un article en français sur le sujet : http://cinquantainerayonnante.blogspot.com/2011/03/comment-les-previsions-du-sismologue.html

À propos de job

Job assis sur son fumier
Ce contenu a été publié dans écologie, science, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Fukushima : Un expert japonnais avait averti du risque

  1. job dit :

    En complément de cet article je vous invite à aller jeter un coup d’oeil sur le site du Monde où on peut encore une fois être consterné par le comportement d’une multinationale : TELCO a qui appartient la centrale. Mauvaise gestion des accidents précédents, falsification de données …

    Comment peut on encore vouloir confier des choses aussi importantes a des entreprises privées qui font passer la recherche de la rentabilité avant le bien public.

    http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/03/16/tepco-une-entreprise-trop-sure-d-elle-meme_1493754_1492975.html

  2. Cento dit :

    Je ne suis pas si sûr que l’état aurait fait mieux avec ses fonctionnaires…

    Sinon on a toujours moyen de trouver quelqu’un a avait prédit quoique ce soit qui a bien fini par se réaliser. Je me méfie toujours de ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *