Comment dégager des économies sur la fonction publique.

En ces temps de vaches maigres, il faut dégraisser la fonction publique et mettre au travail les fainéants congénitaux qui y travaillent. Comment y parvenir?

En utilisant le « lean management » bien sûr…

Le « lean manufacturing » est une méthode de management et d’organisation de production de biens et de services qui a fait ses « ‘preuves » dans diverses entreprises, en augmentant de manière faramineuse les performances et en limitant de manière drastique les gaspillages en temps et en matières premières, le tout avec la participation et le consentement (au moins dans un premier temps) des salariés.

On en voit un exemple dans cet extrait :

Lisez cet article de « l’usine nouvelle » et pleurez (ou souriez c’est selon)…

http://www.usinenouvelle.com/article/et-si-l-etat-se-mettait-au-lean.N162328

Gageons que les risques psychosociaux ont encore de beaux jours devant eux…

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Economie, santé, société, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Comment dégager des économies sur la fonction publique.

  1. job dit :

    j ‘aime bien les sentiments mitigés que font naître cette vidéo et l’article.
    Il est impossible de rejeter en bloc l’idée d’améliorer son travail
    Mais le diable étant dans les détails c’est la mesure de l’évaluation de ces améliorations qui peut amener les pires dérives .
    Dans le cas de l’usine , une amélioration est retenue si elle améliore la vie de son initiateur, du groupe auquel il appartient ou des actionnaires de l’entreprise ?

    Ca ramène à passionnante video de Christophe Desjours sur les derives des systèmes d’evaluation de la performance dans l’entreprise

    visible ICI

    sinon à en croire ces phrases bien tournées, on pourrait presque se croire faussement revenu à la glorieuse époque de l’autogestion.

    « … ces méthodes repose surtout dans leur caractère participatif. »
     » Le consensus se construit au fur-et-à-mesure de l’avancée du chantier. Et les réformes sont acceptées naturellement car elle ne tombe pas du ciel mais émerge de la base. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *