Comment ai-je pu vivre sans Ubuntu si longtemps ? (1)

Pour faire suite à l’article d’Eclos « Linux : le journal d’un novice » j’ai décidé de poursuivre ici mes remarques amorcées dans les commentaires.

La série géniale d’articles du journaliste de libération m’a donnée envie de retenter l’aventure de Linux.

Mon dernier essai date de 2005 avec la red hat de l’époque. C’était sympa mais encore trop « informatique » pour s’en servir au quotidien.

Depuis en 2006 un de mes collègues m’avait fait avec beaucoup de conviction l’article d’Ubuntu. Il m’avait à l’époque déjà démontré que tous les logiciels que j’utilisais avaient leur équivalent en Ubuntu. Mais bon, je n’avais pas franchi le pas.

J’ai donc décider de me lancer.

J’ai téléchargé en « torrent » le DVD  d’installation que j’ai gravé et en avant.

J’ai décidé de l’installer sur mon portable DELL tournant sous Vista.

Je n’ai aucune données importantes sur ce PC et si tout ce passe mal , je n’aurais pas grand chose à regretter 😉

J’ai donc fait un tour sur le site français d’Ubuntu et en utilisant leur moteur de recherche j’ai  rapidement trouvé un tutoriel qui m’explique tout

http://doc.ubuntu-fr.org/tutoriel/comment_amorcer_ubuntu_avec_bootmgr

En suivant pas à pas je me suis retrouvé au bout de 30 minutes avec une machine en double boot fonctionnant parfaitement (wifi, souris , écran, webcam) sous les deux systèmes d’exploitation. Ma partie Vista n’ayant pas souffert, et l’installation Ubuntu fonctionnant à merveille.

Avant même d’aller plus loin c’est déjà ENORME. C’est plus simple que l’installation de windows.

Je n’ai en effet rien eu à ajouter ou à aller rechercher sur le web par moi même. Pas de drivers à télécharger chez le constructeur avec la série habituelle de reboot successifs pour l’installation de ces drivers.

Pour ma carte graphique NVDIA , le système m’a demandé si je souhaitais mettre à jour le pilote de ma carte et après ma réponse affirmative, s’est occupé de tout.

Mais le plus impressionnant restait à venir : l’ interface et les logiciels

Suite au prochain épisode

À propos de job

Job assis sur son fumier
Ce contenu a été publié dans Informatique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Comment ai-je pu vivre sans Ubuntu si longtemps ? (1)

  1. Cento dit :

    Je te souhaite tout le bonheur du monde. Pour ma part, j’ai installé ubuntu sur mon eepc, enfin j’ai du faire appel à un spécialiste pour cela, car l’ingénieur bac +15 que je suis n’y est pas arrivé. L’expert oui, à la deuxième tentative, deux journées chacune… Et si l’internet a bien marché du 1 coup, regarder un épisode de Battlestar Gallactica reste un exploi de souplesse oculaire que mon simple cerveau terrien ne peut se permettre malgrè le très renomné VLC d’installé. Bref mon eepc dort dans un plaquard, dommage qu’ubuntu n’ai pas tenu ses maigres promesses. Un jour peut-être le resortirais-je pour y installer windows mobile :-P!!!

  2. eclos dit :

    Étrange une telle différence de facilité d’installation …
    Pour travailler avec des eepc, (applications multiplateform oblige) je peux vous dire que ces choses là on des linux trés en retard … (au niveau des lib).
    Le matériel, lui, n’est pas un modèle du genre …
    Non que je veille casser du sucre sur ces M… (heu pardon je m’emporte …;))) mais je pense que pour être objectif, il faudrait comparer des machines du même genre.
    L’eepc c’est un lecteur de MP3 qui fait aussi peu de chose qu’un iphone et est aussi gros qu’une
    trousse à maquillage… (là je sens des courroux s’amplifier :))
    Bon, s’il y a des amoureux de l’eepc, je suis prêt à recevoir la page de pub qui vas avec…
    Rien …?
    Donc pour finir je dirais que vouloir regarder BSG sur un eepc c’est comme vouloir fumer un cigare dans un espace non fumeur….
    Au diable l’avarice … un grand écran blanc au mur, le projecteur qui ronronne, les HPx5 et c’est parti le home cinéma …
    Quand à unbutu, ne coupons pas le bourgeon trop vite… je vais tenter la même expérience ce we et je vous dirai si je retourne ma veste … :):):)

  3. job dit :

    C’est en ces moments là que tu te sens vieillir !!!

    Quand j’ai lu le commentaire de Cento j’ai réalisé avec amusement que je ne savais même pas ce qu’était un eepc.
    Après avoir demandé à mon ami google , j’ai compris pourquoi.
    J’aime bien ta description d’un mp3 amélioré 😉

    Donc que Linux ne tourne pas bien dessus, je crois qu’on pourrait dire qu’on s’en fiche.

    Mais c’est là ou je suis vieux , car ces trucs là sont à la mode comme l’Iphone et autres téléphones ++. Pour se faire connaître c’est donc l’endroit où il faut être 🙁

  4. Cento dit :

    Ben disont qu’un eepc c’est bien quand tu passes la semaine dans une chambre d’hotel et dans le train. C’est le principe du pc hyper-portable. Mais bon il parait qu’il y a maintenant une version eebuntu pour eepc. Malheureusement je n’ai pas les compétences pour réaliser l’installation. Mais je vais désigner un volontaire en eclos qui visiblement est ravi de passer ses weekends pluvieux de juillet dans son garage… 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *