Jacqueline de Romilly

Un grande dame.

Finalement la Grèce a inventé beaucoup de choses !

Un article (Le Point)

Un autre article (Le Monde – Pierre Assouline)

Déjà publié le 19 July 2011

Publié dans histoire, philo | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

l’homme est à la fois le plus social et le plus individualiste.

De tous les êtres vivant sur cette terre, l’homme est à la fois le plus social et le plus individualiste. Il est sans contredit aussi le plus intelligent. Il existe peut-être des animaux qui sont même plus sociaux que lui, par exemple les abeilles, les fourmis ; mais par contre, ils sont si peu individualistes, que les individus appartenant à ces espèces sont absolument absorbés par ces dernières et comme anéantis dans leur société : ils sont tout pour la collectivité, rien ou presque rien pour eux-mêmes.

Il paraît qu’il existe une loi naturelle, conformément à laquelle plus une espèce d’animaux est élevée dans l’échelle des êtres, par organisation plus complète, plus elle laisse de latitude, de liberté et d’individualité à chacun. Les animaux féroces, qui occupent incontestablement le rang le plus élevé, sont individualistes au suprême degré.

L’homme, animal féroce par excellence, est le plus individualiste de tous. Mais en même temps, et c’est un de ses traits distinctifs, il est éminemment, instinctivement et fatalement socialiste. C’est tellement vrai, que son intelligence même qui le rend si supérieur à tous les êtres vivants et qui le constitue en quelque sorte le maître de tous, ne peut se développer et arriver à la conscience d’elle-même qu’en société et par le concours de la collectivité tout entière.

Et en effet, nous savons bien qu’il est impossible de penser sans paroles ; en dehors ou avant la parole, il peut y avoir sans doute des représentations ou des images des choses, mais il n’y a pas de pensées. La pensée voit et ne se développe qu’avec la parole. Penser c’est donc parler mentalement en soi-même. Mais toute conversation suppose au moins deux personnes, l’une c’est vous, qui est l’autre ? C’est tout le monde humain que vous connaissez.

L’homme, en tant qu’individu animal, comme les animaux de toutes les autres espèces, a de prime abord et dès qu’il commence à respirer, le sentiment immédiat de son existence individuelle ; mais il n’acquiert la conscience réfléchie de lui-même, conscience qui constitue proprement sa personnalité, qu’au moyen de l’intelligence, et par conséquent seulement dans la société. Votre personnalité la plus intime, la conscience que vous avez de vous-même dans Votre for intérieur, n’est en quelque sorte que le reflet de Votre propre image, répercuté et renvoyé comme par autant de miroirs, par la conscience tant collective qu’individuelle de tous les êtres humains qui composent Votre monde social. Chaque homme que vous connaissez et avec lequel vous vous trouvez en rapports, soit directs soit indirects, détermine, plus ou moins, Votre être le plus intime, contribue à vous faire ce que vous êtes, à constituer Votre personnalité. Par conséquent, si vous êtes entouré d’esclaves, fussiez-vous leur maître, vous n’en êtes pas moins un esclave, la conscience des esclaves ne pouvant vous renvoyer que Votre image avilie. La bêtise de tout le monde vous abêtit, tandis que l’intelligence de tous vous illumine, vous élève ; les vices de votre milieu social sont vos vices, et vous ne sauriez être un homme réellement libre, si vous n’êtes entouré d’hommes également libres, l’existence d’un seul esclave suffisant pour amoindrir votre liberté.

Extrait du ‘principe de l Etat’

Bakounine

Publié dans Livres, Politique, société | Marqué avec | Un commentaire

Nos amis les belges.

Dans le prolongement de Bien public, bien privé sur la notion de bien public/commun

Les problèmes que rencontrent les belges aujourd’hui sont passionnants.

Ce petit pays , capitale de l’Europe, est sur le point de se couper en deux car les flamands considèrent que les wallons, vivent à leur crochet.

Une autre version du refrain à la mode : »les travailleurs qui payent pour les feignants ».

Les chiffres d’aujourd’hui montrent qu’en effet la partie flamande contribue plus fortement que la partie wallonne à la solidarité nationale. Jusqu’à 1965, c’était le contraire ,c’ était l’époque de l’essor industriel sidérurgie, mines etc ….

Dès 1993 les belges ont changés leur constitution afin de donner une plus grande autonomie à leurs trois régions fédérées: Flandre, Wallonie, Bruxelles. La loi permet même aux régions de passer des accords internationaux !

Depuis les choses ne font qu’empirer puisqu’ aujourd’hui, la Belgique n’a plus de gouvernement depuis plus de 150 jours.

Je trouve cette situation révélatrice de la tendance d’aujourd’hui : Je veux payer ce que je consomme et pas plus. Mon argent (travail) ne doit pas servir à l’Autre.

Un exemple concret extrait de la libre Belgique

« Agacement encore des Flamands quand les centaines de radars sur leurs routes servent à leur faire payer des amendes versées au gouvernement fédéral, alors que côté wallon les radars sont rares. Enervement toujours quand ils assurent que chez eux le réflexe est d’abord d’aller chez un médecin généraliste, alors que les francophones iraient d’emblée chez des spécialistes, plus chers. Ce qui aurait un coût pour un système de sécurité sociale encore national. « 

Continuer la lecture

Déjà publié le 4 November 2007

Publié dans Politique | Marqué avec , , , | Un commentaire

La philosophie anglo-saxonne

main_vad_productJe vous recommande chaudement la lecture ou l’écoute de ce petit ouvrage de Luc Ferry très éclairant sur la mentalité de nos cousins américains !

Toute la collection ici .

Déjà publié le 21 December 2012

Publié dans philo | Marqué avec | 2 commentaires

Autoédition : de l’inspiration à l’expiration.

50 nuances de gris (Fifty Shades of Grey), ce roman où une certaine vue des relations sexuelles a fait décoller les ventes et s’envoler les libidos … est à la base un roman auto-édité.

Comment ça fonctionne?
Entourez vous de muses et par une inspiration providentielle,
couchez sur papier numériques votre imagination fertile.
Le LN (qui n’est pas Grec) (LN pour Livre Numérique) prendra corps sous vos yeux
alors qu’il vous sera téléversé une (modeste?) contribution.

Il y a pléthore de site web qui rivalisent d’informations ou d’appels à inscription,
donc je vais me contenter d’une seule référence, ce simple article d’un journal féminin.

Alors, n’attendez plus la date d’expiration de vos pensées pour égrainer des ‘ha! si j’avais…’, l’avenir commence demain.

Futurs auteurs à succès, à vos clavier, et n’oubliez pas le guide…

Déjà publié le 22 March 2013

Publié dans Livres, sex, société | Un commentaire

La brocante américaine

En écoutant la radio hier soir j’ai découvert un super site qui montre comment les américains peuvent avoir de l’humour sur leur propre situation.

Suite à la crise financière on voit le gouvernement américain proposer, au travers de son secrétaire au Trésor Henry Paulson, un rachat massif (700 M$) de toutes les créances pourries des banques.

Le principe de ce site est donc pour chaque citoyen d’aller demander à Henri le rachat de tous les trucs pourris en sa possession. Le titre est parlant : Buy my shit pile (le site)

Quelques exemples:

Quality shit wipe (Papier cul de qualité)

Federal reserve notes (Billets de la réserve fédérale)

Moron with black eye and stained reputation

(Crétin avec un œil au beurre noir et une réputation pourrie)

Déjà publié le 26 September 2008

Publié dans Humour | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Mon prochain ordinateur portable

Rien que pour les yeux …

Déjà publié le 27 March 2012

Publié dans consommation, Informatique | Marqué avec | Laisser un commentaire